Waste-to-chemicals : Sekisui Chemical et LanzaTech avancent sur leur plateforme

Partager cet article avec :
L’unité Waste-to-Chemicals développée par Sekisui Chemicals et LanzaTech (c) Sekisui Chemicals

Le chimiste japonais Sekisui Chemical et le groupe néo-zélandais Lanzatech ont annoncé « un progrès significatif » sur leur collaboration de R&D. Ce partenariat, qui a abouti à la mise au point d’un pilote en 2013, vise à développer une plateforme de conversion d’effluents municipaux en éthanol. « Les déchets sont une ressource importante. Il est essentiel que notre société utilise efficacement cette ressource abondante et de valeur comme le champ de pétrole urbain du futur permettant la création d’une société durable », Satoshi Uenoyama, directeur R&D de Sekisui Chemicals. Dans le détail, la collaboration a permis le développement d’un système associant un dispositif de gazéification de déchets urbains avec la technologie fermentaire de LanzaTech, capable de convertir des gaz en éthanol et en d’autres précurseurs chimiques pour la fabrication de plastiques et de fibres.

Le Néo-zélandais très actif sur la valorisation du CO2

LanzaTech s’est illustré à plusieurs reprises par le biais de partenariats noués ces dernières années. Par exemple, il a collaboré en 2012 avec le groupe pétrolier malais Petronas dans le cadre d’un joint developemnt agreement en vue de développer une technologie de production de composés chimiques à partir de CO2 et de gaz naturel (CH4). En 2014, il a également signé un accord de R&D avec Invista pour valoriser le CO2 issu de la production de fils et fibres synthétiques. Plus récemment, LanzaTech s’est illustré en renforçant en 2016 sa collaboration avec Global Bioenergies pour la production d’isobutène à partir de déchets.

 

 

Partager cet article avec :