Versalis reconvertit Porto Marghera dans la chimie verte

Partager cet article avec :

La division chimique et pétrochimique du géant italien ENI a conclu mi-novembre un protocole d’accord avec les collectivités locales et les syndicats pour la reconversion de son complexe de Porto Marghera, près de Venise (Italie), rapporte la presse italienne. Ce projet de 200 millions d’euros avait été annoncé en début d’année. Comme pressenti récemment le protocole d’accord condamne pour de bon le vapocraqueur du complexe, et les unités existantes d’aromatiques seront conservées pour le moment, avec des productions en fonction de la demande du marché. Le projet, qui permettra de conserver les 430 emplois du complexe, prévoit la construction de deux unités de détergents et de lubrifiants. Des capacités de 30 000 tonnes par an seraient entrevues.

Un partenariat avec Elevance

En amont, une unité de métathèse sera construite avec l’Américain Elevance Renewable Sciences pour la conversion d’huiles naturelles, en l’occurrence d’huile de palme, afin d’alimenter en composés chimiques de base et biosourcés les unités de détergents et de lubrifiants. La mise en service des nouvelles infrastructures est programmée en 2017.

Partager cet article avec :