Versalis et Genomatica avancent dans le bio-butadiène

Partager cet article avec :
Genomatica et versalis
Signature du partenariat entre Genomatica et Versalis.

Finalement le pétrochimiste italien Versalis (groupe Eni) et l’Américain Genomatica vont constituer sans Novamont un joint-venture pour développer un procédé complet et à échelle commerciale de production de butadiène de grade polymère à partir de biomasse non alimentaire.  Le procédé qui résultera de cette alliance sera licencié à travers l’Europe, l’Asie et l’Afrique par le nouveau j-v. Les revenus issus de ses licences permettront de réunir des capitaux pour la construction d’unités opérées par la co-entreprise. Versalis entend également être l’un des premiers à acquérir la licence pour construire sa propre unité commerciale.

Versalis versera 20 millions de dollars à Genomatica pour le développement du procédé. Mais le joint-ventutre bénéficiera néanmoins des forces des deux sociétés. Genomatica apportera son expertise en biotechnologie, principalement dans l’ingénierie des microorganismes et en fermentation. Versalis participera à travers son expérience en catalyse et ingénierie des procédés pour l’industrialisation.

Pallier la pénurie de butadiène d’origine fossile

Rappelons que pour Versalis ce projet s’inscrit dans le cadre d’un grand plan stratégique que le chimiste italien déploie en Europe et qui vise à améliorer sa compétitivité. Particulièrement positionné dans la production d’élastomères, Versalis souffre de la disponibilité de plus en plus restreinte en butadiène, due au développement de vapocraqueurs sur base éthane plutôt que naphta. Or le butadiène est un intermédiaire essentiel pour les élastomères.

La reconversion de Porto Torres

Dans ce domaine de la chimie biosourcée, Versalis est engagé depuis la mi-2011 dans la conversion de son site pétrochimique de Porto Torres (Sardaigne) dans le cadre de la coentreprise Matrica avec son compatriote Novamont, spécialiste des bioplastiques. Le site doit être transformé en un gigantesque complexe de bio-monomères et de bio-polymères. En février 2013, Versalis s’est associé à Yulex pour le développement de caoutchoucs naturels à base de guayule et avec Pirelli pour l’utilisation de ce type de caoutchoucs dans les pneumatiques.

Partager cet article avec :