Biosurfactants : Un site nord-américain de Croda passe au bioéthanol

Partager cet article avec :

Croda poursuit son développement dans les produits biosourcés. C’est son site d’Atlas Point (Delaware, États-Unis) qui est concerné par l’annonce de début décembre. L’usine va bénéficier d’un investissement « significatif ». Si les détails financiers n’ont pas été dévoilés, le producteur de spécialités chimiques affirme sa volonté d’aller de plus en plus vers les produits biosourcés. L’objectif de produire des surfactants non-ioniques 100 % renouvelables, « dérivés exclusivement de matières végétales ». Une première sur le sol nord-américain, selon Croda. Ce projet concerne la construction d’une unité de production de surfactants non-ionique à partir de bioéthanol, permettant au site d’Atlas Point de délaisser la production à partir d’éthylène issu de la pétrochimie. L’unité devrait être pleinement opérationnelle en 2017. L’usine d’Atlas Point restera à être « l’une des principaux sites de production de surfactants non-ioniques de Croda », selon le chimiste.

Avec cet investissement, le chimiste entend « offrir de nombreuses nouvelles opportunités de niche dans l’ensemble de nos principaux marchés pour nos clients », souligne Steve Foots, directeur général de Croda. Il ajoute : « Cet investissement va nous permettre de renforcer notre position de leader parmi les entreprises de notre secteur, où environ 70 % des matières premières que nous utilisons proviennent de ressources renouvelables ». Le groupe de 3 500 salariés compte 18 sites de production et est présent dans plus de 30 pays. Il a enregistré des revenus de 1,08 Mrds £ en 2013.

Partager cet article avec :