TWB dresse un bilan de son activité

Partager cet article avec :

La plateforme de démonstration dédiée aux biotechnologies industrielles a effectué un point de ses actions et réalisations au cours de ses journées bilan ayant eu lieu du 6 au 8 octobre. TWB a présenté à son Comité scientifique, son comité d’orientation stratégique et ses partenaires son bilan prévisionnel sur le plan économique et scientifique. En trois années d’activité, la plateforme a participé à 55 projets de recherche, cumulant un montant total estimé de 18 millions d’euros. Un résultat qui se révèle très positif, TWB s’étant fixé d’atteindre un objectif de 21,8 M€ d’ici à 2019. Parmi les projets évoqués, le démonstrateur pré-industriel toulousain avait notamment signé un partenariat de R&D avec Total en biologie de synthèse en 2014. Il avait également renforcé en mai dernier son partenariat avec Carbios dans le cadre du projet Thanaplast, afin d’optimiser des procédés enzymatiques. L’ensemble des projets de R&D aura généré le dépôt de 11 brevets d’ici à la fin de l’année 2015. Enfin, la plateforme indique que « les premières retombées industrielles des projets de recherche financés par TWB » ont ou auront eu lieu en 2015, précisant que « plusieurs d’entre eux sont en voie d’être valorisés par des partenaires industriels ». Elle ajoute également « qu’une start-up issue de ces projets doit très prochainement voir le jour », sans plus de précisions pour le moment.

Un projet d’agrandissement de laboratoire en cours

Pour soutenir son activité croissante, TWB a initié un projet d’agrandissement de ses laboratoires dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2015-2020. A l’horizon 2019, la plateforme disposera de 3 500 m2 supplémentaires sur le campus de l’Insa Toulouse. Cet établissement permettra également de se rapprocher des équipes du Laboratoire d’ingénierie des Systèmes biologiques et des procédés (LISBP). Cette future installation « renforcera le continuum Recherche fondamentale et appliquée/Développement pré-industriel déjà existant entre le LISBP et TWB », souligne Bertrand Raquet, directeur de l’Insa Toulouse.

 

 

Partager cet article avec :