Traitement des boues : Cleef System installe un premier pilote à Roussillon

Partager cet article avec :

Cleef System, une jeune Cleantech implantée en région avignonnaise, vient d’inaugurer un démonstrateur industriel sur le site de son premier client, la plateforme chimique de Roussillon (38). Fruit de quatre ans de développements menés avec le soutien technologique d’IFP Energies nouvelles (IFPEN), ce démonstrateur, d’une capacité de 200 kg/h, permet de transformer une partie des boues de la station d’épuration de la plateforme en éco-combustibles. Ceux-ci sont ensuite consommés sur le site dans la centrale biomasse qui fournit de la vapeur haute pression aux industriels.

« C’est une première mondiale. Notre technologie permet enfin d’offrir une alternative vertueuse et durable à la valorisation des boues de station d’épuration (STEP). En réduisant l’empreinte carbone dans une logique d’économie circulaire, elle répond également à un enjeu climatique » a déclaré Jean-Marc Van de Kerkhove, président de Cleef System.

Une technologie inspiré par la friture

La technologie, que le dirigeant compare volontiers à une friture, consiste à introduite la boue humide de la station (composée de 60 % à 80 % d’eau) dans un bain d’huile chauffé à 140°C. Cette opération conduit à un éco-combustible qui ne contient plus que 5 à 10 % d’eau. Il est stable, « hygiénisé » et ne dégage ni poussière ni odeur. Imprégné de déchets graisseux, il possède un fort pouvoir calorifique, proche du charbon qu’il peut remplacer dans des chaudières. L’eau, récupérée sous forme de vapeur puis comprimée, va servir au chauffage de l’huile. Au final, cette solution garantit une consommation énergétique divisée par quatre par rapport aux procédés traditionnels de séchage.

Un accompagnement par l’IFPEN

Ce procédé a été développé dans le cadre du programme IFPEN d’accompagnement des PME, engagé avec Cleef System dès sa création. IFPEN a notamment apporté son aide pour mieux comprendre les phénomènes qui régissent le procédé et passer à l’échelle industrielle. « Le format des partenariats R&I que nous proposons aux PME et le spectre scientifique que nous couvrons permettent de solliciter facilement, au fil de l’eau, des compétences techniques adaptées aux besoins du projet. Plus de 10 ingénieurs et techniciens ont ainsi été impliqués à différentes étapes dans des domaines aussi variés que le génie des procédés, l’analyse ou la propriété intellectuelle » a précisé Georgia Plouchart, déléguée régionale PME d’IFPEN pour la région Paca-Occitanie.

De façon générale, ce procédé est destiné aux sites disposant d’une STEP, qu’elle soit urbaine ou industrielle, et qui génèrent des quantités considérable de biomasse. Il permet au carbone d’être renouvelé extrêmement rapidement en une énergie qui peut se substituer aux énergies fossiles, via l’établissant d’une boucle courte d’économie circulaire.

Partager cet article avec :