Torréfaction de biomasse : LMK Energy opère un pilote à Mazingarbe

Partager cet article avec :
Vue du Biocoal, un granulé dérivé du bois à fort contenu énergétique.

Après 5 ans de R&D et d’importants investissements, LMK Energy a réussi à mettre au point une technologie avancée, testée, éprouvée et brevetée, baptisée Torspyd. Il s’agit d’un procédé de torréfaction de la biomasse à « lit mobile à chauffage direct », permettant de réduire significativement les coûts de transformation, de transport et d’exploitation de cette matière première tout en augmentant les rendements énergétiques.

Un séchage doux jusqu’à 240°C

Le procédé de torréfaction consiste à chauffer la totalité de la biomasse par un traitement thermique « doux » afin d’éliminer l’eau. Il s’agit d’un long séchage irréversible qui ne consume pas la biomasse grâce à une montée en température jusqu’à 240°C à l’aide d’un gaz neutre, pauvre en oxygène, évoluant à contre courant. Résultat, la biomasse se déshydrate tout en se dépolymérisant (la structure de la cellulose, hémicellulose et lignine se trouve modifiée) et se transforme en Biocoal. Cette matière est hydrophobe de manière irréversible et insensible aux attaques microbiennes. Elle se positionne comme un complément ou une alternative au charbon classique en co-combustion ou en gazéification sous pression, pour une utilisation dans les centrales thermiques classiques au charbon équipées de brûleurs à poudre, sans modification de l’installation. Le biocoal s’adresse également aux chaufferies collectives pour les réseaux de chauffage urbain (villes, collectivités…), aux poêles à pellets de particuliers ou peut servir de paillage de protection de sol.

20000 t/an de capacité

A noter que cette technologie a d’abord été développée par la société Thermya rachetée par Areva Renouvelables en 2012, qui a ensuite cédé les brevets à LMK Energy en 2016. Ce dernier a finalisé la technologie pour mettre en service en janvier 2017 une unité d’une capacité de production de 20000 tonnes par an de plaquettes de bois torréfié sur son site pilote de Mazingarbe (62).

Partager cet article avec :