Sucres cellulosiques : Renmatix se dote d’une 3e unité aux Etats-Unis

Partager cet article avec :
Liqueur de sucre produite par Renmatix.
Liqueur de sucre produite par Renmatix.

La société américaine Renmatix, qui travaille sur la production de sucres cellulosiques à « coûts abordables » pour les marchés des produits chimiques et des carburants renouvelables, a annoncé qu’elle avait acquis des actifs industriels de l’ancienne société Mascoma, à Rome dans l’état de New York. Une nouvelle unité de 5000 m2 est désormais consacrée à la première étape du procédé Plantrose de Renmatix. Ce procédé se compose en effet d’une étape de prétraitement de n’importe quelle matière première cellulosique (le procédé est considéré comme « agnostique » vis à vis de la matière première) en vue de collecter un solide riche en lignine et cellulose. La deuxième étape consiste à traiter ce solide dans de l’eau supercritique pour l’obtention de sucres cellulosiques (C5 et C6) et de lignine. L’unité de Rome a démarré officiellement sa production le 20 avril, et permis le recrutement de 12 salariés. Elle devient la troisième installation de Renmatix aux Etats-Unis et permet notamment d’alimenter le complexe intégré de Kennesaw, en Georgie, qui pratique la deuxième étape de procédé sous fluide supercritique. La troisième implantation est situé à Philadelphie. A noter que Renmatix se démarque des voies plus classiques de traitement de la biomasse cellulosique et qui consistent à utiliser l’hydrolyse acide ou un traitement enzymatique, quand il ne s’agit pas de la gazéification qui conduit à la production de gaz de synthèse.

Total et BASF intéressés par Renmatix

Cette opération est la plus récente d’une série d’initiatives stratégiques et de jalons importants menés par Renmatix au cours des neuf derniers mois, notamment : un investissement de série D par l’énergéticien français Total, l’acquisition du portefeuille de propriété intellectuelle de la société suédoise REAC, et une importante expansion de son complexe intégré en Géorgie. Chacune de ces opérations a permis à Renmatix d’avancer dans la mise au point du procédé Plantrose, en vue de la commercialisation de licences. Renmatix intéresse également BASF qui soutient la société depuis 2012.

Partager cet article avec :