Sucre 2G : le procédé Zambezi d’Avantium passe en phase pilote aux Pays-Bas

Partager cet article avec :
Le procédé Zambezi s’intéresse à la chimie du bois.

Avantium, société néerlandaise spécialisée dans la chimie renouvelable, annonce l’installation d’une unité pilote de sa technologie Zambezi sur le Chemie Park Delfzijl, aux Pays-Bas. Avantium vient de signer un contrat pour l’hébergement de cette installation et la fourniture de diverses utilités et services auprès d’AkzoNobel, gestionnaire du parc.

Un pilote opérationnel en 2018

L’unité pilote validera la faisabilité technique et économique de ce nouveau procédé d’Avantium, qui vise à convertir les copeaux de bois et d’autres biomasse de deuxième génération en matières premières pour l’industrie chimique, en passant par la production de sucre 2G. L’usine devrait être opérationnelle au deuxième trimestre de 2018 et entraîner la création d’environ 20 emplois.

Tom van Aken, p-dg d’Avantium a déclaré : « Delfzijl est un excellent emplacement pour le développement de notre technologie Zambezi. Au-delà de l’usine pilote, le Chemie Park Delfzijl est une option intéressante pour la construction d’une future bioraffinerie commerciale dérivée du procédé Zambezi. Le Chemie Park Delfzijl offre toutes les avantages pour faire fonctionner notre usine pilote grâce à une excellente collaboration avec AkzoNobel et le soutien de la province de Groningen ». Quant au groupe AkzoNobel, il se félicite de l’opportunité qui lui est offerte de poursuivre la migration de son site d’une chimie fossile vers une chimie biosourcée.
Cette annonce fait suite au partenariat signé en février dernier entre Avantium et Chemport Europe, RWE et Staatsbosbeheer. Ils annonçaient bien à l’époque un projet de développement d’une usine de référence sur la plateforme Chemie Park Delfzijl, sur la base du procédé Zambezi. Mais aucun projet précis de construction n’avait été acté.

Vers la production rentable de glucose de haute pureté
Rappelons que le procédé Zambezi vise la production rentable de glucose de haute pureté, de lignine et d’un mélange de sucres à partir de biomasse non alimentaire et de deuxième génération. L’usine utilisera principalement des résidus forestiers provenant des Pays-Bas.

Ce procédé aussi offre une diversification à la société Avantium qui est surtout réputée pour son procédé de production de FDCA biosourcé, par voie catalytique, en prévision de la production de PEF (polymère potentiellement concurrent du PET). Cette technologie a récemment reçu le soutien de BASF, avec la création de Synvina, pour une industrialisation sur son site belge d’Anvers.

Partager cet article avec :