Sucre 2G : Comet Biorefining va construire la 1e usine au monde au Canada

Partager cet article avec :

Comet Biorefining vient de trancher pour la localisation de sa première usine commerciale de production de sucre cellulosique, dérivé de biomasse de deuxième génération. La société canadienne a sélectionné le parc industriel TransAlta basé à Sarnia, en Ontario. L’unité, qui sera mise en service en 2018, produira un peu moins de 30 000 t/an de dextrose (ou glucose) de haute pureté à partir de tiges de maïs et de pailles de blé produites localement. Ce sucre pourra ensuite être transformé en produits biosourcés, tels que des acides organiques, des acides aminés et des bioplastiques. Et ce sera une première mondiale ! Pour l’heure la biomasse cellulosique est seulement utilisée à l’échelle industrielle pour produire de l’éthanol 2G.

Un investissement industriel réduit

Comet assure que ce sucre cellulosique sera proposé à des coûts particulièrement compétitifs par rapport à des sucres équivalents de première génération qui sont déjà vendus sur le marché. Et ce, grâce au coût plus faible de sa technologie et de l’investissement industriel qui en découle.

Comet explique avoir choisi Sarnia pour ses possibilités de collaboration avec Bioindustrial Innovation Canada (BIC), Ontario Federation of Agriculture (OFA) et les coopératives agricoles d’Ontario, sans préciser si elle a bénéficié de subventions. L’histoire n’est cependant pas sans rappeler l’installation de la société BioAmber à Sarnia qui, après un pilotage en France, avait bénéficié de 35 M$ de diverses organisations gouvernementales canadiennes.

Comet et BioAmber, deux sociétés soutenues par Sofinnova
D’ailleurs les points communs entre ces deux sociétés ne s’arrêtent pas là. Outre leur ancrage à Sarnia, elles sont toutes deux soutenues par le fonds d’investissement Sofinnova. Pour l’heure, les deux sociétés n’entretiennent pas de lien particulier. Mais à l’avenir, rien n’empêchera BioAmber d’être un client pour le sucre de Comet.
Andrew Richard, directeur général de Comet a déclaré : « La construction de cette usine, première du genre, représente une étape clé vers la commercialisation à grande échelle de sucre cellulosique. Il met en évidence le rôle important que joue notre technologie dans la chaîne de valeur, en contribuant au développement de la bioéconomie et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

 

Partager cet article avec :