Stora Enso confirme la construction d’un démonstrateur en Louisiane

Partager cet article avec :
Stora Enso est un groupe papetier finno-suédois.
Stora Enso est un groupe papetier finno-suédois.

A la suite de l’acquisition de la société de biotechnologie américaine Virdia en 2014, le groupe finno-suédois Stora Enso a démarré la construction d’une unité de démonstration à Raceland en Louisiane (Etats-Unis), d’un montant de 32 millions d’euros. Ce site de Raceland abritera désormais le siège américain de la division Biomatériaux de Stora Enso.

L’usine va utiliser la technologie développée par Virdia permettant de convertir de la biomasse cellulosique, comme du bois ou des déchets agricoles, en sucres hautement raffinés et fermentescibles. Située à proximité de plantations de canne à sucre existantes, elle utilisera préférentiellement de la bagasse. Cette bagasse, issue de canne sucre qui n’a pas été modifiée génétiquement, constitue une matière première durable qui ne rivalise pas avec la production alimentaire. L’unité devrait être opérationnelle en 2016.

Maximiser la valeur de la biomasse lignocellulosique

La division Biomatériaux de Stora Enso est spécialisée dans la fourniture de grades de pâtes pour répondre aux exigences des producteurs de papier, de carton et de tissu. L’offre comprend notamment des pâtes fluff pour des applications dans l’hygiène ou de la pâte à dissoudre pour l’industrie textile. La mission de la division Stora Enso Biomatériaux est de trouver de nouvelles voies pour maximiser la valeur des produits que l’on peut extraire du bois, ainsi que d’autres types de biomasses lignocellulosiques. Le recours à l’innovation, voire aux biotechnologies, est une voie envisagée par la société pour développer des matériaux drop-in ou de nouveaux matériaux pour des industries existantes ou en devenir.

En décembre dernier, le groupe papetier avait annoncé l’ouverture d’un nouveau centre de R&D dédié aux biomatériaux dans la région de Stockholm (Suède) au deuxième trimestre de 2015, justement pour « stimuler l’innovation ».

Partager cet article avec :