Stéphane Le Foll a présidé le premier Comité stratégique bioéconomie

Partager cet article avec :
Le ministre Stéphane Le Foll.

Le 7 mars dernier, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a installé le premier Comité stratégique bioéconomie. Cette opération a fait suite au lancement de la stratégie nationale bioéconomie pour la France, qui avait fait l’objet d’une communication en conseil des ministres le 18 janvier.

Ce comité stratégique a pris la forme d’une première réunion, réunissant de nombreuses parties prenantes. Quatre exemples d’acteurs engagés dans des développements industriels innovants ont ainsi été présentés : Ener’Buiss, représentée par Bernard Bouilliard, agriculteur-méthaniseur dans l’Aube, Copacel engagée dans le développement de nouvelles molécules issues de la trituration du bois, Fermentalg, start-up démarrant l’industrialisation d’ingrédients alimentaires issus de micro-algues et Roquette, entreprise spécialisée dans la production d’amidon et très active dans la chimie du végétal. Par la suite, l’un des premiers objectifs du comité sera de faire connaître la bioéconomie au plus grand nombre. Des actions de communications seront d’ailleurs déployées et un logo a même été créé.

Un plan d’action pour le 15 avril

Un autre objectif sera de déterminer les leviers d’actions à utiliser pour favoriser le développement de la bioéconomie en France et démultiplier ces exemples tant en termes de financement que de recherche. Pour cela, Stéphane Le Foll a fixé au 15 avril la date butoir pour recevoir de ses services une première copie, avec si possible des objectifs chiffrés. L’idée du ministre est d’enclencher un processus pérenne avant l’arrivée d’un nouveau gouvernement.

« Je suis fier d’installer aujourd’hui ce Comité stratégique bioéconomie qui doit décliner la stratégie que j’ai présentée le 18 janvier dernier en Conseil des ministres en actions concrètes et contribuer aux travaux européens et internationaux en la matière afin d’appuyer les démarches territoriales en en cours de développement. Pour cela je souhaite qu’un programme d’action soit présenté mi-avril pour initier un débat public avec l’ensemble des partenaires » a déclaré le ministre qui a même suggéré de rebaptiser son ministère, « le ministère de la photosynthèse« .

Partager cet article avec :