Soufflet valorise la poussière de céréales

Partager cet article avec :

Le groupe Soufflet, expert des filières blé et orge et premier collecteur privé français de céréales, publie le premier bilan de sa nouvelle chaudière biomasse fonctionnant à base de poussières de céréales. Installée en septembre 2011 sur le site de Nogent-sur-Seine, cette avancée technologique permet une réduction annuelle de la consommation de gaz naturel de l’ordre de 75 %, et diminue fortement l’empreinte carbone du site. Dans cette nouvelle chaudière, Soufflet utilise un biocombustible jusque là jamais exploité : la poussière de céréales. Les procédés connus brulaient des grains, de la paille ou bien des agro-pellets. Or à Nogent, Soufflet produit d’importantes quantités de poussières de céréales, issues d’opération de stockage et de nettoyage d’orge de brasserie. La prouesse a consisté à maîtriser la combustion de cette biomasse réputée instable, en mettant au point un procédé particulier. La chaudière installée a une puissance de 6 MW. Le pouvoir calorifique moyen du biocombustible utilisé est de 4 MWh/t, ce qui signifie qu’à pleine puissance la chaudière utilise 1,5 t/h de poussières. Fort de ce succès, Soufflet s’apprête à étendre le procédé à d’autres sites français et européens.

Partager cet article avec :