Solvay cède pour 1 milliard d’euros son acétate de cellulose

Partager cet article avec :
Site de Fribourg où Solvay produit de l'acétate de cellulose.
Site de Fribourg où Solvay produit de l’acétate de cellulose.

Solvay a signé un accord en vue de la cession de son activité de câbles d’acétate de cellulose (business unit Acetow) à un fonds de capital-investissement géré par la société Blackstone. Ces câbles sont essentiellement destinés à fabriquer des filtres pour cigarettes.

La transaction est établie sur la base d’une valorisation de l’activité d’environ un milliard d’euros, soit un multiple de l’ordre de 7 fois l’EBITDA. Le produit de la vente contribuera au désendettement de Solvay.

Le groupe devrait générer une plus-value d’environ 150 millions d’euros après impôt.
La transaction devrait être finalisée au premier semestre 2017, à l’issue des procédures sociales en vigueur et après l’accord des autorités de la concurrence.
Cette cession va réduire sensiblement la taille du portefeuille de produits biosourcés de Solvay. Le groupe conserve toutefois des références comme l’épichlorhydrine Epicerol, les solvants Augeo, de la vanilline naturelle, ainsi que de nombreux tensioactifs dans sa branche Novecare (formulation)…
Un savoir faire unique

La business unit Acetow possède un savoir-faire unique qui consiste à acétyler de la cellulose pour fabriquer des câbles pour cigarettes et plus marginalement des fibres pour des applications dans le textile ou des matières plastiques comme pour les montures de lunettes. Le procédé de fabrication de câbles d’acétate de cellulose démarre par un traitement de la cellulose à l’anhydride acétique. Cette opération conduit à la fabrication de flocons d’acétate de cellulose. Ces flocons sont ensuite transformés en fils, puis regroupés par milliers pour former des câbles que l’on va friser avant de les conditionner dans des balles de 500 kg livrées aux manufactures de tabac.

Ces dernières années, Solvay avait aussi participé au projet Accoya, correspondant à du bois acétylé dans la masse pour suppléer les bois exotiques surexploités (au-delà de leur capacité de renouvellement) dans des applications en extérieur, de type terrasses, bardages, portes ou fenêtres.  La mise en point du procédé est à mettre à l’actif de la société Accsys dont Solvay avait acquis un droit de licence en 2012.

 

Partager cet article avec :