Solazyme lance deux projets d’huiles à base de microalgues

Partager cet article avec :

La société américaine Solazyme se renforce dans la production d’huiles renouvelables en Amérique du Nord et du Sud. En effet, Solazyme vient de signer un accord de développement et de production avec son compatriote Archer Daniels Midland (ADM) dans lequel ADM mettra à disposition son unité de fermentation située à Clinton, dans l’Iowa (Etats-Unis). Solazyme y produira des huiles dérivées de microalgues à partir de sucres. Le réaménagement de l’unité a déjà démarré et la production devrait débuter début 2014, avec des capacités initiales de 20 000 tonnes/an. A terme, l’unité devrait produire 100 000 t/an d’huiles dérivées d’algues. Ces produits seront principalement destinés à des marchés industriels et agroalimentaires en Amérique du Nord. « Cet accord avec Solazyme nous permet de redéployer de façon rentable des équipements de production à l’échelle mondiale qui était auparavant utilisés pour la production de PHA (polyhydroxyalkanoates, ndlr) et qui étaient inactifs depuis janvier 2012 », a expliqué Mark Bemis, vice-président et président de l’activité Maïs d’ADM. L’unité avait été construite dans le cadre de Telles, une co-entreprise avec Metabolix dans le PHA. Mais Solazyme s’était retiré du projet en janvier 2012 faute de perspectives.  Ce partenariat permet aussi  à Solazyme de se rapprocher de clients « cibles » aux Etats-Unis et de profiter des ressources d’ADM aussi bien au niveau de la production que de la recherche. D’autant qu’ADM dispose aussi d’un savoir faire dans le domaine des huiles. En parallèle, Solazyme a renforcé sa coentreprise avec le Mexicain Bunge, démarrée en avril 2012. Les partenaires ont démarré la construction d’une unité de production d’huiles renouvelables à Moema, au Brésil. Celle-ci est adjacente à une usine de canne à sucre opérée par Bunge. L’unité produira 100 000 tonnes par an d’huiles pour une mise en service au quatrième trimestre 2013. Et Solazyme et Bunge prévoient déjà d’étendre les capacités de leur coentreprise à 300 000 t/an à l’horizon 2016. Les volumes additionnels seront produits au sein d’une usine brésilienne de Bunge, dont la localisation n’a pas encore été annoncée.

Partager cet article avec :