Sofiprotéol restructure dans le biodiésel

Partager cet article avec :
Pour faire face aux problèmes de surcapacités en France, le groupe Sofiprotéol, spécialisé dans les huiles et protéines, a présenté le 4 juillet un projet de réorganisation de ses capacités de production de biodiesel. Il se traduira par la fermeture de trois unités et la suppression de 81 postes dans l’Hexagone, où le groupe emploie 5 589 salariés. Néanmoins, ce projet ne devrait pas entraîner de licenciements. Chaque salarié concerné se verra proposer un autre emploi dans la société.
Ce réajustement est en ligne avec la baisse du taux d’incorporation des biocarburants en France et en Europe. Sofiprotéol a effectivement investi dans le biodiesel en fonction de l’objectif européen qui prévoyait 10 % d’incorporation dans les transports. Cependant, au niveau national « une pause de 7 % a été décidée et au niveau européen un projet de plafonnement à 5 % pour les biocarburants de 1re génération est en discussion », explique- t-il. Par ailleurs, le groupe subit aussi la concurrence d’« importations massives » de biodiesel.

Deux fermetures, une reconversion

Le plan entraînera la fermeture fin 2013 de l’unité de production de biodiesel de la filiale Diester Industrie Flandre située à Cappelle-la-Grande (Nord), employant 22 salariés. L’ate- lier de production de biodiesel de l’usine de Venette (Oise) sera reconverti en une usine de production d’ester méthylique d’huiles animales et usagées (EMHA et EMHU). Cette mesure concernera 16 employés. Ces deux unités représentent une capacité de production de 380 000 t/an de biodiesel. Toujours à Venette, l’unité de trituration de graines de colza et de tournesol appartenant à la filiale Saipol cessera ses activités fin 2013. Son effectif s’élève à 29 personnes. En outre, le projet prévoit de fusionner les filiales Saipol (trituration, raffinage) et Diester Industrie (valorisation énergétique et chimique) en juin 2014. La fusion entraînera la coupe de 30 postes.

Partager cet article avec :