Revêtements : Ecoat annonce la fin des alkydes biosourcés chers

Partager cet article avec :

Spécialisée dans le développement de polymères durables pour le secteur des peintures et revêtements, la société française Ecoat annonce le lancement d’une nouvelle référence. Baptisée Secoia 4400, il s’agit d’une résine alkyde à 97% biosourcée qui a la faculté de présenter des propriétés supérieures aux alkydes pétrosourcées à un coût compétitif, tout en apportant un gain écologique.

Préconisée pour les peintures mates, cette référence permet en effet de s’affranchir de l’usage de siccatif et d’abaisser l’utilisation d’épaississant. « C’est la fin des alkydes chers » a expliqué Olivier Choulet, président d’Ecoat, à l’occasion d’une matinée technique de l’association AFTPVA Ile-de-France. « Avec un prix de vente équivalent aux alkydes petrosourcées, et en mettant moins d’épaississant et pas de siccatif, on se rapproche du coût de formulation des résines acryliques, tout en ayant la qualité superieure des alkydes » estime le dirigeant.

Des alkydes qui ne jaunissent plus

Quant au principal reproche fait aux alkydes biosourcés, à savoir leur couleur jaune, le dirigeant assure que, grâce aux travaux réalisés par ses équipes de recherche, le sujet n’est plus d’actualité. « Nous avons joué sur les matière premières. Sur trois mois, la couleur se situe entre celle des acryliques et des alkydes pétrosourcés » résume Olivier Choulet dont la société emploie une vingtaine de personnes dont 14 PhD. Il ajoute que les produits d’Ecoat contiennent des taux très faibles de COV. Ceci est dû au procédé de fabrication des résines qui passent par une température de 270°C sous vide.

Une deuxième ligne de production à Roussillon en 2016

La société Ecoat avait fait parler d’elle en août 2014, à l’occasion de son installation sur le site chimique de Roussillon en Isère. Alors qu’elle produit actuellement 2000 à 3000 tonnes/an de résines, la société grassoise est déjà dans les starting-blocks pour l’installation d’une deuxième ligne de production qui lui permettrait d’ajouter 8000 t/an de capacités sur 2016. Lors de son installation à Roussillon, Ecoat s’était fixé comme objectif de produire 30 000 t/an de produits, principalement des résines et des émulsions pour les marchés des peintures, des colles, des encres, du papier ou encore du textile, à l’horizon 2018.

Partager cet article avec :