Revêtements anti-fouling : Bio-on clôture le projet Seafront

Partager cet article avec :
L’événement a réuni une cinquantaine de représentants des partenaires du projet Seafront  (c)Bio-on

Le spécialiste italien de la production de bioplastiques par voie biotechnologiques Bio-on a tenu fin décembre la réunion finale concernant le projet collaboratif de R&D Synergistic Fouling Control Technologies-Seafront. Durant deux jours, une cinquantaine de participants, représentant 5 multinationales, 7 PME et 7 instituts de recherche, étaient présents pour prendre connaissance et de discuter des résultats de ce programme qui visait à développer aux revêtements antifouling durables pour les applications marines.

Au cours de ses 4 années d’existence, Seafront, doté d’un budget de 11,2 millions d’euros (dont 8 M€ de subventions) a permis plusieurs avancements :

  • le développement d’une solution de revêtement compétitive avec une empreinte environnementale réduite, ne générant pas de substances non biodégradables dans les océans.
  • l’amélioration des performances du produit face à l’encrassement biologique, ce qui espace les opérations de nettoyage et de maintenance
  • la réduction de la traînée hydrodynamique de 5 %, ce qui permet aux navires de réduire leur consommation de carburant

Suite aux bons résultats obtenus dans le cadre de ce projet Seafront, Bio-on et le chimiste néerlandais AkzoNobel ont annoncé vouloir poursuivre leur collaboration pour développer ces revêtements anti-fouling respectueux de l’environnement.

Un autre projet de R&D en cours

En parallèle, Bio-on est parvenu à produire revêtements auto-polissants à partir de biopolymères PHA par fermentation de coproduits agricoles dans le cadre du projet Bioplus. Programme pour lequel le groupe italien a perçu 8 M€ de la part du Ministère italien du développement durable. Dans les mois à venir, Bio-on va travailler à l’implémentation de procédés de production spécifique, à l’ingénierie des unités de taille industrielle plus importante, à l’étude de l’ensemble du cycle de production et au développement d’applications à haute valeur ajoutée pour les PHA produits : cosmétique, remédiation environnementale, plastique de structure, etc. A ce propos, le groupe a débuté la construction d’une installation industrielle à proximité de Bologne.

Partager cet article avec :