Résultats : Global Bioenergies stabilise sa perte nette en 2016

Partager cet article avec :

Le spécialiste de la production d’hydrocarbures par fermentation de biomasse Global Bioenergies a publié les résultats de son dernier exercice financier clos au 31 décembre 2016. La société a maintenu sa perte nette à -10,6 M€ en 2016, contre 10,4 M€ l’année précédente. « De grandes étapes ont été franchies en 2016, ce qui d’un point de vue budgétaire a requis une attention particulière. Les défis ont été relevés sereinement du faut d’une gestion rigoureuse des dépenses d’investissement et d’exploitation d’une part, et des échéances régulières des tranches Brachnor (ndlr : un des investisseurs de la société) d’autre part ». La société affiche des charges d’exploitation de 15,2 M€, et ses dépenses d’investissement ont représenté 6,1 M€ en 2016. Elles correspondent en grande partie aux sommes engagées pour la finalisation du démonstrateur industriel de Leuna (Allemagne), opérationnel depuis fin 2016. En matière de trésorerie, la société enregistre une disponibilité de 7,4 M€ au 31 décembre 2106, soit une baisse de 2,8 M€ en glissement annuel. Une somme qui va permettre « au groupe de couvrir ses besoins au-delà de l’étape majeure de création de valeur que représente la production de lots d’isobutène à partir du démonstrateur de Leuna ».

De nombreux accords commerciaux signés en 2016

L’exercice 2016 de Global Bioenergies a été marqué par l’initiation de nombreux partenariats. Ainsi, le groupe a notamment signé des accords pour fournir de l’isobutène biosourcé au producteur de caoutchoucs Arlanxeo en avril 2016, et au groupe cosmétique L’Oreal en juin. La société a également noué des collaborations commerciales dans le domaine de l’isooctane, au travers des partenariats suédois : l’un en juillet 2016 avec le groupe Aspen, l’autre en septembre 2016 avec un consortium composé des groupes Preem, Sekab et Sveskog. Plus récemment, Global Bioénergies a établi un partenariat avec Butagaz en janvier 2017 pour incorporer du bio-isobutène dans les filières propane et butane. Ce début d’année 2017 a également été marqué par la finalisation en février de l’acquisition de Syngip, start-up néerlandaise spécialisée dans la conversion de ressources carbonées gazeuses.

 

Partager cet article avec :