Résines pour peintures : Ecoat s’implante en Chine

Partager cet article avec :

La PME grassoise Ecoat, qui conçoit et commercialise des liants pour peintures et vernis d’origine végétale et sans solvant, vient d’officialiser la création d’un joint-venture avec Pearl River, filiale du groupe chinois Vanlead.

Ceci grâce au soutien actif du pôle de compétitivité rhône-alpin Axelera « Jusqu’alors, nous nous étions principalement concentrés sur le marché européen, mais avec la demande chinoise de remplacer les peintures à base de solvants par des peintures à l’eau, ce qui ouvre un marché de plus de 5 milliards d’euros, il nous a semblé évident que l’opportunité était à saisir », a commenté Olivier Choulet, président co-fondateur d’Ecoat.

Ecoat est l’une des succes story du pôle de compétitivité. Créée en 2011 avec pour objectif d’être le premier acteur à proposer une innovation à base de polymères biosourcés aux fabricants de peinture, la société a été à l’origine du projet ANR ECOM. Labellisé en 2012 par Axelera, ce projet a permis de financer deux thèses à l’Université de Nice et à l’Université Claude Bernard Lyon 1, dont un chercheur primé par le MIT (Massachusetts Institute of Technology). A l’issue de ces travaux, quatre brevets ont été déposés. Les deux thésards ont rejoint l’équipe Ecoat qui compte une vingtaine de personnes. Certains des polymères développés sont aujourd’hui intégrés dans les gammes des fabricants les plus novateurs en peintures biosourcées.

 

C’est en 2013 qu’Ecoat a choisi de solliciter le soutien d’Axelera pour prospecter commercialement le marché chinois et pour sourcer des matières premières, du fait de son implantation industrielle sur le site isèrois de Roussillon. Pour répondre à sa demande, Axelera a proposé à Olivier Choulet de travailler avec Pascal Ricklin, alors en poste à Shanghaï comme responsable de l’antenne du pôle. Ce dernier s’est ainsi chargé de promotionner le savoir-faire français d’Ecoat auprès des grands acteurs chinois de la peinture. Puis, en 2015, lors d’une mission du Grand Lyon en Chine coordonnée par Axelera et l’Aderly, ont débuté des négociations avec le groupe chinois Vanlead, en vue de la création d’un joint-venture. Un rapprochement qui permet au Français d’ouvrir une unité de fabrication sur le territoire chinois et de commercialiser ses produits sous les marques Ecoat et Pearl River, mais également d’envisager des perspectives de commercialisation plus larges, notamment en Corée et en Asie du Sud-Est.

« Au cours des 20 dernières années, alors que la France est parvenue à réduire de 80% ses émissions toxiques grâce à des technologies innovantes et en promouvant l’écologie industrielle, la Chine se classe à la 109e place sur 180 pays en termes de performance environnementale (10e rang pour la France). Pour les industriels chinois, nous représentons un modèle et un partenaire de premier rang » a ajouté Jean-Manuel mas, directeur général d’Axelera.

Partager cet article avec :