Recyclage du PET : TechnipFMC construira le pilote de Carbios

Partager cet article avec :
Jean-Claude Lumaret, directeur général de Carbios.

Le recyclage enzymatique du PET, en passant par un retour à ses monomères initiaux, l’acide téréphtalique et l’éthylène glycol, avance à grand pas. La société de chimie verte Carbios, qui développe actuellement un procédé, vient d’annoncer son association avec l’ingénieriste TechnipFMC pour l’assister dans la phase de montée en échelle. Carbios prévoit en effet de construire d’ici à 2018 une unité pilote pour montrer l’efficacité du procédé tant d’un point de vue technique qu’économique.

Carbios a choisi TechnipFMC pour ses grandes compétences en ingénierie des bioprocédés, et son expertise dans les technologies de polymérisation du PET au travers de sa filiale Technip Zimmer en Allemagne.

La région Auvergne-Rhônes-Alpes privilégiée

La localisation de cette nouvelle unité n’est pas encore déterminée, mais Jean-Claude Lumaret, directeur général de Carbios, explique qu’il essaie de sensibiliser la région Auvergne-Rhône-Alpes et la chambre de commerce et de l’industrie pour bénéficier d’un accompagnement plutôt à proximité de Clermont-Ferrand où sa société est installée. Et plutôt que de construire ex-nihilo une unité : « on essaie d’optimiser les coûts et de regarder s’il existe déjà des installations qui pourraient nous satisfaire » ajoute le dirigeant.

Si le succès est au rendez-vous, l’industriel pourra ensuite passer à la phase de démonstration : une unité d’une capacité de 10000 à 20000 t/an. Cette fois, Jean-Claude Lumaret annonce qu’il privilégiera sans doute une zone à plus forte densité de population pour bénéficier d’une matière première abondante, bon marché, avec des coûts logistiques optimisés. L’étape suivante passera sans doute par un dégoulottage pour arriver à traiter 30000 à 50000 t/an de déchets de PET puis une association avec un industriel pour atteindre le stade industriel. « Nous envisageons une association avec des grands producteurs mondiaux de polyester, qui sont indonésiens, chinois ou américains. Malheureusement, il n’y a pas de producteurs français de polyester. Nous essayons de discuter avec des sociétés pour les inciter à se lancer dans la production de polyester, mais je n’ai pas entendu parler d’investissements à ce jour » explique Jean-Claude Lumaret.

Une réponse aux exigences du développement durable

Cette technologie propriétaire est une réponse industrielle aux exigences de développement durable des procédés de production du PET, un marché mondial en croissance annuelle de 4 à 5%, représentant 64 millions de tonnes par an (soit 70 milliards de dollars), dont un tiers pour les plastiques et deux tiers pour les textiles. A l’horizon de 10 ans, la production annuelle de ce marché est estimée à plus de 100 millions de tonnes (soit 110 milliards de dollars).

Rappelons que le procédé de Carbios a la particularité de permettre le recyclage de plastiques, base PET, de type bouteilles, films et emballages, que le matériau soit transparent, coloré, opaque ou complexe, compte tenu de la sélectivité des enzymes utilisées pour déconstruire le matériau. La possibilité d’un retour à un PET vierge de haute performance, en passant par les monomères initiaux, ouvre ainsi la voie au recyclage à l’infini, contrairement au recyclage mécanique, actuellement en vigueur, qui entraîne une perte de performance à chaque cycle.

Partager cet article avec :