Quelle stratégie de brevets dans la chimie du végétal ?

Partager cet article avec :

Le pôle de compétitivité Industries & Agro-ressources (IAR) a organisé une journée dédiée aux brevets organisée à Reims (Marne), en marge du salon Innovact. Cette conférence a permis à des acteurs de la recherche académique et des industriels d’échanger sur la stratégie d’innovation et la propriété intellectuelle. Cette journée a également été l’occasion de rappeler les modalités d’utilisation des brevets et de transfert technologique, illustrées par divers exemples de travaux de recherche ayant fait l’objet d’une stratégie de brevet. Les intervenants ont souligné que le brevet pouvait non seulement être utilisé comme moyen de défense, mais également en tant qu’actif sous forme de licence d’exploitation. « Le brevet dépend de plusieurs critères comme la taille du marché et de la stratégie de développement de l’entreprise », explique Jean-Charles Hourcade, directeur général du fonds d’investissement public-privé France Brevets. Au cours de cette conférence, la filiale du CNRS et d’Oséo dédiée au transfert de technologies innovantes Fist a présenté son activité de transfert de technologie vers l’industrie. « A ce jour, le Fist dénombre 42 brevets en chimie du végétal. Ces brevets concernent principalement les travaux de recherche autour du furfural, du glycérol, des microorganismes pour les biotechnologies blanches et vertes et les bioénergies », précise Sandrine Guerreiro, chargée d’affaires au sein de la division Transfert et licensing de Fist.

Partenariat Pôle IAR-France Brevets

Le pôle IAR a profité de cette journée de conférences pour signer une convention de partenariat avec le France Brevets. Cet accord d’une durée de trois ans vise à identifier les opportunités de valorisation de brevets au sein des projets de R&D du pôle. « Ce rapprochement avec le pôle IAR constitue une première en France. Je suis certain que nous trouverons de formidables opportunités de travailler et valoriser la recherche d’acteurs clés de la chimie du végétal, un domaine en forte croissance que nous avons identifié comme majeur pour l’avenir », se félicite Jean-Charles Hourcade.  Les entreprises adhérentes au pôle IAR pourront ainsi bénéficier de l’expertise de France Brevets pour valoriser leur politique d’innovation en France et à l’international. « A ce jour, les brevets en chimie biosourcée concerne en grande partie les biotechnologies blanches, les produits issus de l’amidon, et les procédés de fermentation », indique Jean-Charles Hourcade.

Partager cet article avec :