Québec : le CQVB soutient deux projets innovants

Partager cet article avec :

Le Centre québécois de valorisation des biotechnologies (CQVB) va apporter une aide de 500 000 $ à deux entreprises positionnées dans le secteur de la chimie verte. Il s’agit de deux PME québécoises. Arclay Technologies Naturelles, à Lévis, développe un ingrédient naturel qui pourra remplacer les produits synthétiques dans des cosmétiques. Protec-Style, basée à Granby, travaille à développer des produits industriels écologiques à base de fibres végétales.
« Le CQVB est heureux d’appuyer les démarches d’innovation et de transfert de deux PME québécoises et leurs efforts pour développer au Québec de nouveaux bioproduits industriels. Leurs démarches, qui intègrent des concepts de développement durable, de produits à valeur ajoutée et d’innovation ouverte, s’inscrivent parfaitement dans le concept de la nouvelle bioéconomie, un gage pour la création d’emplois et la prospérité économique et durable du Québec », a déclaré Richard Cloutier, président-directeur général du CQVB.
Ce soutien a été annoncé à Sherbrooke dans le cadre du colloque Industrie chimique innovante et durable au Québec : Perspectives de développement, de croissance et de financement organisé par l’Association pour le Développement et l’Innovation en Chimie au Québec (ADICQ).

Des ingrédients cosmétiques 100 % naturels
 
Fondée en 2007, la compagnie Arclay développe et commercialise des ingrédients verts et durables basés sur sa plateforme technologique utilisant les propriétés innovantes de phyllosilicates (argiles). La société lance un projet d’innovation, soutenu à la hauteur de 250 000 dollars canadiens par le CQVB (180 000 €), pour la production d’un nouvel ingrédient qui combinerait les propriétés des phyllosilicates et de chitine-chitosane, un polymère naturel issu des carapaces de crustacés, afin de remplacer les agents synthétiques abondamment utilisés par l’industrie cosmétique, notamment dans les lotions,  shampoings et produits capillaires. S’inscrivant de façon proactive dans une démarche de chimie verte, Arclay mise sur l’utilisation de ce nouveau procédé de formulation à faible impact environnemental afin d’offrir une alternative aux ingrédients issus de la pétrochimie présentement utilisés. Le projet sera réalisé en collaboration avec plusieurs centres de recherche français et québécois, dont l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), le groupe Ascense, un centre d’innovation durable, et le Centre de recherche sur les biotechnologies marines (CRBM).

Arclay
Le principe de la technologie d’Arclay.

De la plante indigène aux bioproduits industriels  

De son côté, la société Protec-Style s’est donnée pour mission de développer et commercialiser des produits industriels écologiques à base de fibres végétales. Sa première cible est la fibre d’une plante indigène au Québec, l’asclépiade. Sa fibre creuse et soyeuse possède des propriétés uniques d’absorption et d’isolation qui ont retenu l’attention de Protec-Style.
La PME recevra également un financement de 250 000 $ qui lui servira pour le développement de nouveaux procédés et produits dérivés des fibres d’asclépiade, tels des fils composites polyester-asclépiade, des panneaux isolants acoustiques et des absorbants pétroliers. L’entreprise travaille en innovation ouverte avec plusieurs groupes de recherche, dont le Groupe CTT du Cégep de St-Hyacinthe, spécialisé dans le domaine des textiles techniques et le Groupe d’Acoustique de l’Université de Sherbrooke (GAUS).

Le CQVB a pour mission d’accroître la capacité d’innovation des PME et les transferts de technologies dans le secteur des bio-industries au Québec. Le CQVB est un Centre de liaison et de transfert (CLT) soutenu par le ministère du l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la  Science et de la Technologie (MESRST). www.cqvb.qc.ca

Partager cet article avec :