Protéines thérapeutiques : Cellectis Plant Sciences avance avec Medicago

Partager cet article avec :

Cellectis Plant Sciences annonce avoir franchi un jalon important dans sa collaboration avec le groupe québécois Medicago. En janvier 2012, Cellectis et Medicago avaient conclu un accord de recherche dédié à l’amélioration de protéines thérapeutiques produites à partir des feuilles de tabac.

À ce stade, les modifications attendues ont été obtenues pour tous les gènes ciblés et les 8 allèles modifiés ont été assemblés dans des plants de Nicotiana benthamiana sans conséquences détectables sur leur morphologie ou leur croissance. Medicago conserve des droits exclusifs et non-exclusifs de production et de commercialisation de certains produits biologiques. Cellectis détient les droits de sous-licence de cet outil de bioproduction.

«  Réussir – en moins de 2 ans – à modifier les 8 allèles ciblés et à les assembler dans des plantes démontre une nouvelle fois l’efficacité de notre plateforme de biologie synthétique. Alors que le coût des médicaments biologiques devient un enjeu pour l’industrie pharmaceutique, nous sommes fiers d’avoir développé avec Medicago un outil compétitif de bioproduction que nous avons l’intention de diffuser largement » , explique Luc Mathis, directeur général de Cellectis Plant Sciences.

L’agriculture biotechnologique

Créée en mars 2010, Cellectis Plant Sciences est une filiale du groupe Cellectis, dédiée aux applications des nucléases dans les plantes. Cellectis Plant Sciences a pour principales missions de généraliser et accélérer l’exploitation de la technologie Cellectis en agrobiologie, d’élargir les compétences de la société afin de provoquer de nouvelles opportunités, d’octroyer des licences plus étendues et d’amorcer le développement de traits propriétaires pour des applications choisies. Cellectis Plant Sciences est implantée à New Brigton (Minnesota) aux Etats-Unis. Le Professeur Daniel Voytas, son Directeur scientifique, est également directeur du centre d’ingénierie des génomes de l’Université du Minnesota.

Partager cet article avec :