Produits biosourcés : rêve ou réalité ?

Partager cet article avec :

C’est avec cette question que le site américain Biobased Digest a débuté l’année 2013. Outre le démarrage de la production industrielle d’acide biosuccinique chez Reverdia (j-v entre DSM et Roquette) fin 2012, tout reste à prouver en matière de chimie du végétal en 2013. Le site suggère ainsi de suivre attentivement le devenir de 6 projets prévus pour voir le jour en 2013. Tout d’abord à Luverne, dans le Minnesota, Gevo avait achevé la rénovation de son usine d’éthanol pour produire du bio-isobutanol en 2012, avait de revenir à la production d’éthanol. Motif : la technologie de production de biobutanol nécessitait encore des optimisations. Un basculement de l’éthanol vers le biobutanol est à nouveau prévu pour le deuxième trimestre. Verra-t-il le jour ? Puis, les démarrages devraient s’enchaîner notamment dans l’acide succinique avec le projet de Bioamber et de Mitsui à Sarnia, en Ontario, puis le projet de Myriant à Lake Providence en Louisiane. Quid des coûts de production et de la qualité de l’acide succinique proposé par ces différents acteurs, sachant que le biosuccinum de Reverdia multiplie les références ? De son côté, le brésilien Braskem a promis de démarrer une seconde unité de polyéthylène biosourcé ainsi qu’une première unité de propylène biosourcé obtenu par voie chimique à partir d’éthanol et qui pourra ensuite être converti en polypropylène dans une unité classique de polymérisation. Elevance devrait achever la reconversion d’une installation existante à Natchez, dans le Mississippi, en bioraffinerie intégrée, basée sur la transformation d’huiles végétales ou animales. Et pour finir Solazyme devrait être en mesure de produire commercialement des huiles renouvelables à partir de sucre de canne, à Moema au Brésil, dans le cadre d’un partenariat avec la société Bunge.
Pour l’heure, le développement de la chimie du végétal suit donc son cours avec de nombreux projets outre-Atlantique. Cependant l’arrivée des gaz de schiste et les lourds investissements réalisés dans des vapocraqueurs à l’éthane accroissent la pression sur la compétitivité de ces nouveaux produits biosourcés, alors que le consommateur n’est finalement pas prêt à payer un premium pour ce type de produits. Si l’acide succinique semble hors de danger, le bioéthanol n’est pas à l’abri de la concurrence d’un éthanol fossile issus d’un éthylène à bas coût. Mais d’un autre côté, les nouveaux craqueurs américains seront alimentés à l’éthane (et non au naphta). Aussi, ils ne délivreront que très peu de C4, confortant la course à l’innovation actuellement engagée pour le développement de molécules en C4 dérivées de végétaux. Les gaz de schiste amènent un fort renouveau industriel aux Etats-Unis, tandis que la chimie européenne voit sa compétitivité un peu plus se dégrader. Au sein de ce nouvel équilibre, la chimie du végétal doit trouver sa place.

 

Partager cet article avec :