Prix Pierre Potier : six lauréats pour la dixième édition

Partager cet article avec :

La 10ème édition des prix Pierre Potier s’est tenue le 29 juin dernier, à Bercy, en présence d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique. Porté aujourd’hui par la Fondation de la Maison de la Chimie et l’Union des Industries Chimiques (UIC), il a pour objectif de mettre en lumière les initiatives de l’industrie chimique en faveur du développement durable et de favoriser le développement de démarches écoresponsables dans la filière. Evoquant son programme Alliance pour l’industrie du futur, auquel l’UIC a adhéré, le ministre a fait le vœu de l’émergence d’une chimie « plus écologique, plus responsable, en phase avec les attentes du citoyen », soulignant que la réconciliation était possible.

Cette année trois médailles ont été décernées à Chimex, Solvay et AB7 Industries.

Chimex a été récompensé pour un actif cosmétique aux propriétés desquamantes à base de son de quinoa. La filiale de L’Oréal est mise à l’honneur tant pour le développement d’un procédé de chimie verte à faible impact sur l’environnement que pour un programme d’accompagnement des agriculteurs boliviens aux bonnes pratiques agricoles.

Solvay s’est illustré avec son programme Move4earth, une technologie de recyclage de déchets textiles complexes, tels que les airbags en polyamide 66 enduit de silicone, issus de VHU. Les plastiques, obtenus par ce procédé, peuvent ensuite se substituer à des plastiques techniques de haute performance dans de nombreuses applications : automobile, construction, électroménager ou loisirs.

AB7 Industries a présenté un procédé biotechnologique original de désalcoolisation du vin. La PME toulousaine est partie du constat qu’avec le changement climatique, les vins deviendront trop riches en alcool au goût des consommateurs.

Puis trois trophées ont été décernés à Arkema, Novacap et Algo.

La récompense d’Arkema concerne le domaine de la filtration de l’eau. Le groupe chimique a mis au point un nouveau grande de polymère fluoré Kynar, durablement hydrophile. Il permet de fabriquer de nouvelles génération de fibres creuses pour des modules d’ultrafiltration moins énergivores et plus performants.

Novacap a concouru avec succès pour la présentation d’un nouveau procédé de production d’acétate d’isopropyle, mis au point par l’IFPEN, et industrialisé sur sa plateforme chimique de Roussillon. Sa particularité est d’utiliser une technologie de distillation réactive qui allie efficacité énergétique et environnementale.

La start-up AlgoPaint, spin off de la société Felor, a reçu un trophée pour une peinture écologique à base d’algues de la Mer d’Iroise. Deux types sont utilisés : une première variété agit en tant qu’épaississant et une autre apporte l’opacité au produit.

Pour sa première participation aux Prix Pierre Potier en tant que président de l’UIC, Pascal Juéry a martelé un message clé : « l’innovation c’est ce qui doit permettre d’assurer la prospérité de notre industrie au service de notre société ». Même s’ils n’ont pas tous été récompensés, les 32 dossiers déposés cette année offrent une belle illustration de la capacité des entreprises grandes et petites à relever ce défi.

Partager cet article avec :