Premiers échantillons de bio-caoutchouc pour Versalis et Genomatica

Partager cet article avec :
Premiers échantillons de caoutchouc biosourcé.
Premiers échantillons de caoutchouc biosourcé.

Versalis (branche chimie de l’énergéticien italien Eni), et Genomatica, qui développe des procédés de bio-ingénierie, ont avancé avec succès dans la production à l’échelle pilote de bio-butadiène (bio-BDE) à partir de différents types de sucres.

La mise à disposition de bio-butadiène est susceptible d’intéresser à la fois des producteurs de caoutchouc, en leur offrant une matière première renouvelable à plus faible empreinte carbone, et l’industrie chimique et des polymères, forte consommatrice de butadiène. Actuellement, ce composé est produit à plus de dix millions de tonnes par an dans sa version pétrosourcée.

Du bio-butadiène produit à partir de bio-butanediol

Ce succès est le résultat du travail de la co-entreprise créée en 2013 par Versalis et Genomatica et détenue en majorité par le pétrochimiste italien qui avait injecté à l’époque 20 millions de dollars dans le projet.

La co-entreprise a pris comme option de produire du bio-butadiène à partir de 1,3-butanediol (1,3-BDO) qui est un produit pour lequel Genomatica a déjà développé un procédé biotechnologique.

Pour cela, la co-entreprise s’est appuyée sur l’expertise en catalyse et ingénierie de procédés de Versalis pour purifier du BDO, le déshydrater en butadiène puis le purifier à nouveau. Ces tests ont été effectués dans des centres de recherche à Novare, Mantoue (Italie).

Du bio-butadiène au bio-polybutadiène

Mais les deux partenaires ne se sont pas arrêtés là. Versalis a ensuite testé la polymérisation de ce bio-BDE par catalyse anionique et Ziegler-Natta pour produire un bio-caoutchouc, du bio-polybutadiène (bio-BR). Ces essais ont été réalisés à Ravenne. Et Versalis continue de tester le bio-BDE sur d’autres technologies en aval telles que la production de SBR (caoutchouc styrène-butadiène), de SBS (styrène-butadiène-styrène) et d’ABS (acrylonitrile-butadiène-styrène).

Plusieurs équipes en compétition sur le bio-butadiène
Le bio-butadiène est une molécule travaillée par beaucoup d’autres acteurs. Michelin, Tereos, IFPEN et Axens l’étudient dans le cadre du projet BioButterfly lancé fin 2013. Global Bioenergies détient des brevets clés dans le domaine. Arzeda et Invista sont intéressés par des applications dans le PA-6,6. Enfin, Braskem est également associé à Genomatica pour cette molécule.

Partager cet article avec :