Première avancée pour Calysta et Natureworks

Partager cet article avec :

La société spécialisée dans les produits industriels issus de ressources renouvelables est parvenue à la production d’acide lactique renouvelable par voie fermentaire à l’échelle du laboratoire. Cette avancée est issue de la collaboration de R&D avec le groupe Natureworks démarrée en juin 2013, qui visait à la création d’un procédé commercialement viable de transformation de méthane en acide lactique. Ce composé est une molécule plateforme pour la production d’intermédiaires (lactides) et de biopolymères Ingeo de NatureWorks. « Une importante étape a été franchie en avance sur le calendrier, et elle démontre la capacité de la plateforme de biologie synthétique “Biological Gas-to-chemicals“ propriétaire de Calysta pour créer de nouvelles voies de production utilisant le méthane comme matière première avantageuse et durable », indique Alan Shaw, p-dg de Calysta.

Diversifier l’approvisionnement en méthane

S’appuyant sur l’utilisation de réacteurs recouverts de biocatalyseurs, le procédé de Calysta permettra de valoriser le carbone du méthane provenant de diverses sources. Ce gaz est notamment produit en quantité dans les opérations telles que le traitement des effluents ou encore la digestion anaérobie. « Calysta offre à Natureworks des outils biologiques innovants pour accéder à une éventail plus large de matières premières », souligne Alan Shaw. Même si Calysta admet « qu’il reste de nombreux développements additionnels » à effectuer, il espère être en mesure de mettre au point un procédé de production à l’échelle commerciale sous cinq ans.

Partager cet article avec :