Premier vol commercial avec le jet fuel biosourcé de Gevo

Partager cet article avec :

La cleantech américaine Gevo a annoncé la tenue du premier vol commercial utilisant son biokérosène produit avec sa technologie ATJ (Alcohol-to-jet fuel) à partir de bois. Il a été embarqué sur un trajet aller-retour de la compagnie Alaska Airlines, entre Seattle et Washington aux Etats-Unis. « Ce premier vol démontre l’engagement de Gevo et sa capacité à convertir des ressources cellulosiques de nouvelle génération en hydrocarbures commerciaux. Nous sommes ravis d’avoir eu l’opportunité de prouver, au travers du projet Nara, que les sucres cellulosiques du bois peuvent être utilisés pour fabriquer avec succès un kérosène commercial », indique Pat Gruber, p-dg de Gevo. Environ 160 passagers dont certains élus ont emprunté un Boeing 737-800 dont les moteurs étaient alimentés par un mélange inédit de biokérosène, à hauteur de 20 %. En coopération avec l’initiative Northwest Advanced Renewables Alliance (NARA) pilotée par la Washington State University depuis 2011, ce résultat est en partie à mettre au crédit de Gevo. Ce spécialiste américain des biocarburants et des produits chimiques renouvelables a utilisé des sucres dérivés de résidus forestiers fournis par NARA.

Un dérivé de l’isobutanol

Sur son site de Saint Joseph, dans le Missouri, Gevo a d’abord converti ses sucres en isobutanol cellulosique, lequel a ensuite été converti en biokérosène via le procédé de Gevo Alcohol-to-jet fuel (ATJ) dans son usine de Silsbee, au Texas. Un biokérosène répondant aux critères des spécifications aéronautiques. Gevo avait déjà obtenu la certification de son ATJ et travaillé avec Alaska Airlines pour deux vols en juin 2016 avec un mélange de biokérosène dérivé d’isobutanol produit à partir de maïs. Gevo avait utilisé ses infrastructures de Luverne, dans le Minnesota, pour ce premier projet avec la compagnie aérienne américaine. Selon Alaska Airlines, l’utilisation d’un tel mélange de biokérosène, à hauteur de 20 %, pour la totalité de ses besoins sur un an permettrait de réduire l’empreinte énergétique d’environ 142 000 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions de 30 000 voitures pendant un an. Cet été, Gevo avait par ailleurs conclu un protocole d’accord avec la compagnie aérienne allemande Lufthansa pour la fourniture de jet fuel biosourcé, toujours via son procédé ATJ.

Partager cet article avec :