Polyamide 11 biosourcé : Arkema va investir 300 M€ en Asie

Partager cet article avec :
Ricin
Le ricin est une plante tropicale source d’huile de ricin.

Le Rilsan, polyamide 11, a beau avoir fêté ses 70 ans, il fait encore l’objet de toutes les attentions de la part du groupe Arkema. Pour preuve l’annonce d’un plan d’investissement proche de 300 millions d’euros sur cinq ans dans la chaîne polyamides 11 biosourcés (PA11). Le groupe construira une usine de taille mondiale en Asie, qui produira à la fois le monomère, l’acide amino undécanoïque, et son polymère, le PA11, à partir d’huile de ricin. Le démarrage de l’usine est annoncé pour la fin 2021 avec à la clé un accroissement de 50% de la capacité du groupe.

En complément de son site historique de Marseille, Arkema disposera d’un deuxième site de production de monomère d’acide amino undécanoïque. Mais l’investissement comprendra également une augmentation de 50% des capacités mondiales de production de Pebax et notamment de Pebax RNew dont d’acide amino undécanoïque est un composant essentiel. Le Pebax RNew est un élastomère polyamide biosourcé avec des propriétés de retour d’énergie et de flexibilité qui le destinent notamment aux marchés du sport et de l’électronique.

Des marchés en croissance de 7% en Asie

« Cet investissement illustre l’engagement du groupe sur le long terme pour répondre à la forte demande de ses clients en Asie en apportant des solutions biosourcées aux enjeux majeurs de l’allègement et du design des matériaux. La croissance attendue en Asie pour  les prochaines années sur ces marchés est d’environ 7% par an » commente le groupe.

Le Rilsan PA11 doit son succès, sans doute à son contenu à 100% biosourcé, mais de façon plus certaine à sa haute performance, et sa qualification dans les applications les plus exigeantes en particulier dans les marchés de l’électronique, de l’impression 3D et de l’automobile en remplacement du métal.

Ce projet s’inscrit en outre dans la stratégie d’Arkema qui vise a accélérer fortement le développement de ses matériaux avancés, qui devraient représenter plus de 25% du chiffre d’affaires à long terme, et continuer à renforcer encore sa présence en Asie.

Partager cet article avec :