Plan d’action Bioéconomie : les réactions positives du pôle IAR et de l’ACDV

Partager cet article avec :

Le pôle de compétitivité IAR (Industries et Agro-ressources) s’est réjouit de la proposition du plan d’actions Bioéconomie qui complète la publication d’une Stratégie Nationale de la Bioéconomie (SNBE) l’an passé. Le pôle a d’ailleurs remercié le gouvernement pour « le franchissement de cette nouvelle étape majeure, qui permettra d’accélérer le déploiement et de renforcer la bioéconomie sur le territoire français ». Il considère que le document répond à de nombreuses problématiques identifiées par ses adhérents, ainsi que lors des travaux préparatoires à la stratégie, et lors des Etats Généraux de l’Alimentation. Parmi ces enjeux, le pôle IAR cite le soutien à la recherche, au développement et à la formation, la valorisation des co-produits agricoles et agroalimentaires pour le développement de nouveaux produits et solutions ou encore la sensibilisation aux bénéfices et externalités positives de la bioéconomie.

De plus, le pôle IAR appuie la décision de l’État de structurer une gouvernance de la bioéconomie au niveau national, qui assurera une mise en oeuvre coordonnée et suivie du plan d’actions. « La création d’une instance de pilotage politique, de comités sectoriels méthanisation, biocarburants et produits biosourcés, et d’une section thématique « bioéconomie » au sein du Conseil National de l’Industrie (CNI), apparait cohérente et encourage IAR à s’y engager pleinement » a ajouté le pôle de compétitivité dans son communiqué.

Un texte ambitieux selon l’ACDV

De son côté l’Association chimie du végétale (ACDV) a salué la signature de ce plan d’action Bioéconomie. « Un texte ambitieux qui reconnaît l’importance des matériaux et produits biosourcés. Il identifie clairement cette filière comme pourvoyeuse de solutions innovantes pour répondre aux défis aussi bien économiques, que sociaux et environnementaux » a estimé l’association. « Ce plan adopte une démarche pragmatique, proche des réalités de ces nouveaux marchés. Un signal fort pour les industriels concernés qui sont déjà nombreux en France ! »

Partager cet article avec :