PLA : Total s’associe à Corbion

Partager cet article avec :
Installations déjà existantes de Corbion en Thaïlande (acide lactique, lactides).
Installations déjà existantes de Corbion en Thaïlande (acide lactique, lactides).

La situation a changé en moins de deux jours. Le 14 novembre, Corbion annonçait la pose de la première pierre d’une usine de polymérisation d’acide polylactique (PLA) sur son site de Rayong, en Thaïlande. Le 16 novembre, le groupe Total venait se joindre au projet. Il porte sur une usine d’une capacité de 75 000 tonnes par an de PLA, polymère biosourcé et biodégradable. Selon les deux partenaires, le marché du PLA disposerait d’une forte marge de progression grâce à un taux de croissance annuel moyen de 10 à 15% jusqu’en 2025.

Pour plus d’interviews, d’analyses, d’informations… pensez à vous abonner au magazine Formule Verte

L’usine, qui devrait entrer en service en 2018, correspond à un investissement total de 140 millions de dollars (près de 131 M€) qui sera supporté à parts égales entre les deux partenaires. La coentreprise 50/50 sera officiellement constituée au premier trimestre 2017, et établie aux Pays-Bas. Cette coentreprise financera et supervisera la construction de l’usine de PLA mais pas seulement. Elle va aussi acquérir l’unité thaïlandaise de Corbion pour la production de lactides, qui alimentera la future usine de PLA.

Une ambition de Total dans les biocarburants et les bioplastiques

Pour Total il s’agit d’une entrée industrielle dans le domaine des bioplastiques. Bernard Pinatel, directeur général Raffinage-Chimie du géant français nourrit l’ambition que cette coentreprise avec Corbion puisse « créer un acteur majeur du marché en croissance des bioplastiques. Cet investissement est cohérent avec notre ambition One Total de nous développer dans les biocarburants et les bioplastiques, en complément de nos produits traditionnels à base d’hydrocarbures ».

Total avait déjà un pied dans le PLA depuis 2007 dans le cadre de sa coentreprise avec Galactic. Une unité de démonstration dotée de capacités de 1500 t/an avait été mise en service en 2010 à Escanaffles, en Belgique. Mais Total s’est retiré de Futerro en janvier 2016 en cédant ses parts à Galactic, la technologie ne correspondant finalement pas exactement à ses attentes.

Partager cet article avec :