PHA : la construction d’une usine de Bio-on à suivre sur YouTube

Partager cet article avec :

La société italienne Bio-on, spécialisée dans les biopolymères, démarre la construction d’une nouvelle usine qui produira des biopolymères PHA spéciaux, 100% naturels et biodégradables, pour des marchés de niche en croissance, en particulier le secteur des cosmétiques.
Et pour suivre le projet, Marco Astorri, président-directeur général de Bio-on annonce que des drones et des caméras fixes seront utilisés pour filmer la construction. « Nous donnerons régulièrement des mises à jour vidéo sur la progression du travail. Nous voulons que quiconque visite notre site Web puisse voir cette nouvelle usine passionnante en cours de construction ». Le premier épisode est déjà en ligne sur YouTube.


« Nous sommes extrêmement satisfaits des travaux préliminaires réalisés jusqu’ici », a expliqué Marco Astorri, p-dg de Bio-on, « en particulier les autorisations obtenues en mars 2017 avec la pose symbolique de la première pierre. Grâce à la collaboration des autorités locales, elle a été effectuée selon le calendrier ».
La nouvelle usine sera située à Castel San Pietro Terme près de Bologne sur une superficie de 30 000 m2, comprenant 3700 m2 de surface couverte et 6 000 m2 disponibles pour de futurs développements. Lorsqu’elle sera opérationnelle, au premier semestre 2018, cette unité aura une capacité de production de 1 000 tonnes par an de PHA. Capacité qui sera rapidement étendue à 2 000 t/an. L’usine sera équipée des technologies les plus récentes et des laboratoires de R&D les plus avancés. De nouvelles sources de carbone provenant des déchets agricoles seront continuellement testées pour produire de nouveaux types de bioplastiques biodégradables et augmenter la gamme de technologies offertes par Bio-on.

Un investissement total de 20 millions d’euros

Au cours des prochaines semaines, l’entreprise commencera à recruter les 40 personnes qui travailleront dans la nouvelle installation.

La société Bio-on confirme un investissement de 15 millions d’euros pour ce projet et annonce que 5 millions d’euros supplémentaires seront investis pour booster la R&D. L’investissement total autour de ce nouveau « hub de production » s’élève ainsi à 20 millions d’euros.

Partager cet article avec :