PHA: Bio-on équipe son futur site d’une unité de tri-génération

Partager cet article avec :

Le producteur italien de biopolymères Bio-on a paraphé un accord avec son compatriote Gruppo Hera, expert dans les utilités industrielles. Ce contrat prévoit la construction d’un pôle technologique et énergétique d’un investissement de 2,4 millions d’euros sur le site de Castel San Pietro Terme de Bio-on. Cette installation comprend une unité de trigénération (électricité, vapeur et énergie frigorifique) d’une puissance de 1 MWe ainsi que d’une centrale de traitement de l’eau. « Nous nous félicitons de cet accord qui nous permet de renforcer et de compléter la viabilité industrielle de notre nouvelle installation de production. Nous avons décidé de ne pas empiéter sur des terrains agricoles, en optant pour la régénération d’une usine désaffectée, et nous avons renforcé avec Hera notre empreinte verte dans l’utilisation de l’énergie pour la production d’un biopolymère comme Minerv PHAs, durable et entièrement biodégradable dans la nature », indique Marco Astori, p-dg de Bio-on. Dans le détail, la nouvelle installation de trigénération va permettre à Bio-on d’économiser 800 tonnes équivalent pétrole par an.

Un site de PHA opérationnel à la mi-2018

Installée sur un terrain de 30 000 m2, l’usine de Castel San Pietro Terme, s’étend sur 3 700 m2. Prévue pour être inaugurée à la mi-2018, cette installation, d‘un coût de l’ordre de15 M€, dispose d’une capacité de production de 1 000 tonnes par an de PHA. Capacité qui pourra être portée à 2 000 t/an si besoin. La société Bio-on a fait de la production de PHA à partir de résidus agricoles un de ses axes de R&D, comme en témoigne son programme Bioplus, qui a reçu un financement de 8 M€ en décembre 2017.

Partager cet article avec :