PCAS s’engage dans le projet GreeNanoFilms

Partager cet article avec :

La société française spécialisée dans la chimie fine a annoncé sa participation au projet européen GreeNanoFilms. Ce programme de R&D, lancé en février par le Centre de recherches sur les macromolécules végétales (Cermav), vise à concevoir des films nanostructurés à ultra-haute résolution (inférieurs à 10 nm) à partir de l’auto-assemblage « dirigé » de glycopolymères sur des supports flexibles. Ces briques élémentaires (oligo- ou polysaccharides) sont obtenues à partir de composés issus de la biomasse. Les films élaborés serviront à des applications en opto- et bioélectronique : films minces organiques à haut rendement photovoltaïque, films minces utilisés comme masques pour la nanolithographie de dernière génération ou encore des biocapteurs à haute sensibilité. Concrètement, PCAS est chargé de fournir des monomères et polymères semi-conducteurs présents dans les couches actives des films.

Un projet de R&D public-privé

Le programme GreeNanoFilms est soutenu par un consortium réunissant neuf partenaires de recherche issus aussi bien du secteur public que du privé. Outre le Cermav, le consortium regroupe du côté public l’université suédoise de Lund, celle de Brême (Allemagne), le Centre technique de l’industrie des papiers cartons et cellulose (CTP, France) et l’organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée (TNO). GreeNanoFilms réunit également quatre partenaires issu di monde industriel : le Suédois Obducat Technologies, le Finlandais VTT et les Français DisaSolar et PCAS. Cet engagement dans un projet collaboratif de R&D n’est pas une première pour le groupe PCAS. En effet, il avait pris part, via sa filiale Protéus, à un projet de valorisation des pneumatiques usagés dénommé TREC en compagnie de Michelin, du CEA et de SDTech début 2014.

Partager cet article avec :