Pays-Bas : 10 millions d’euros injectés dans les bioaromatiques

Partager cet article avec :

La province de Noord-Brabant aux Pays-Bas, TNO (centre de recherche appliquée néerlandais), ECN (Energy research Centre of the Netherlands) et le VITO (centre de recherche privé belge) annoncent un investissent de 10 millions d’euros dans le développement de molécules bioaromatiques. Le marché est considérable puisque que les aromatiques (benzène, toluène, xylène et dérivés) entreraient dans la composition de 40% des produits chimiques, selon les partenaires. Dans le détail, la province de Noord-Brabant investira 5 millions d’euros jusqu’en 2020 tandis que TNO, ECN et VITO apporteront les 5 millions supplémentaires.

Plusieurs voies de production

Centre de recherche partagé, c’est Biorizon qui gèrera ces fonds pour financer divers projets visant à atteindre un objectif clair : une production commerciale de bioaromatiques à l’horizon 2025. Plusieurs voies de production de bioaromatiques, seront envisagées :
1. La conversion thermochimique de la biomasse en aromatiques menée par ECN
2. La transformation de sucres en aromatiques par voie biotech TNO
3. L’extraction d’aromatiques de la lignine menée par VITO
Les revenus provenant de la participation de ces entreprises seront ensuite réinvestis en partie dans les programmes de recherche de Biorizon, créant ainsi un écosystème durable.
Lors de cet engagement de partenariat, Bert Pauli, vice-gouverneur pour les affaires économiques et l’internationales de la province de Noord-Brabant, a appelé l’industrie à davantage d’open innovation : « La province souhaite utiliser cet investissement pour stimuler le partage de la connaissance et impliquer les PME dans la recherche et le développement. De cette manière, nous ancrons fermement le secteur du biosourcé à Brabant et nous relions ainsi le Green Chemistry Campus (campus pour accélérer le développement de building block biosourcés sur le site Sabic de Berger op Zoom), où est installé Biorizon, Nieuw Prinsenland et le port et la zone industrielle de Moerdijk. Cela stimulera l’emploi dans la région et, à long terme, la compétitivité de l’industrie aux Pays-Bas.  »
Biorizon en bref
Plus de 200 entreprises sont actuellement membres au consortium Biorizon, centre de recherche partagé créé à l’initiative de TNO, VITO, ECN et Green Chemistry Campus. Un exemple de succès avec le projet Waste2Aromatics. Ici, des matières premières précieuses pour l’industrie chimique sont produites à partir de déchets tels que du GFT, des couches, du fumier. Ou le projet global et transfrontalier BIO-HArT axé sur le scale up de la production d’aromatiques à partir de biomasse locale (bois), en vue d’une production industrielle en 2025. Dans ce dernier projet, un appel à candidature a été ouvert auprès d’industriels pour tester de petites quantités de bioaromatiques dans des produits comme les plastiques ou les revêtements.  

 

Partager cet article avec :