Partenariat entre Deinove et POS Bio-Sciences

Partager cet article avec :

La société française de biotechnologie industrielle a paraphé un contrat avec POS Bio-Sciences, spécialiste canadien des procédés d’extraction, de fractionnement et de la purification d’ingrédients biosourcés. L’accord prévoit que Pos Bio-Sciences fournisse son expertise sur l’extraction des procédés de production de caroténoïdes de Deinove. « Nous avons choisi de travailler avec POS Bio-Sciences afin d’atteindre plus rapidement le marché. En combinant notre expertise avec l’expérience de POS Bio-Sciences dans la production de composés purifiés à l’échelle industrielle, notamment de caroténoïdes, nous visons le développement d’une gamme commerciale à même d’intéresser de nombreux partenaires », déclare Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. Trouvant des applications en alimentation (humaine et animale), en cosmétique ou encore en santé, les caroténoïdes sont présents dans certains végétaux en faible quantité, ce qui engendre des coûts de production élevés avec des procédés classiques. « Nos bactéries se multiplient et produisent naturellement des caroténoïdes à partir de n’importe quelle biomasse (…), nous pouvons atteindre des niveaux importants, ce qui nous confère un réel avantage compétitif », explique Nagib Ward, vice-président en charge du développement commercial de la société Deinove. Avant de poursuivre : « Sans oublier la possibilité de collecter des caroténoïdes générés en tant que coproduit d’un autre procédé de bioproduction développé par Deinove ».

Produire des molécules chimiques d’intérêt

Selon une étude de Markets and Markets citée par Deinove, les caroténoïdes représenteront un marché de 1,4 milliard de dollars à l’horizon 2019, avec un taux de croissance de 3,5 % par an à compter de 2014. C’est notamment pour exploiter ce marché que la société a initié son programme Deinochem. Il vise à produire des composés chimiques à partir de biomasse en utilisant ses bactéries Deinocoques. Dans le cadre de ce projet, Deinove était parvenue à la production en laboratoire de trois molécules d’intérêt industriel de la famille des isoprénoïdes, en collaboration avec l’Inra et Génoplante-Valor. En début d’année, la première étape de Deinochem avait été validée par l’Ademe, lui permettant de percevoir un paiement d’un million d’euros.

Partager cet article avec :