Partenariat entre De Dietrich et Pivert

Partager cet article avec :

Le spécialiste des équipements de procédés en matériaux résistants et en alliages spéciaux a signé un accord de collaboration avec l’institut pour la transition énergétique Pivert SAS, visant à instaurer une filière française de chimie du végétal. Ce contrat vise à mettre en commun les savoir-faire des deux partenaires afin de développer des procédés innovants utilisant de la biomasse oléagineuse en tant que matière première. « Les avancées de la recherche en chimie catalytique, nécessitent d’avoir des équipements modulables capables de travailler dans des conditions variées, pour développer des solutions durables et compétitives. C’est dans ce sens que nous travaillons en lien avec la société De Dietrich au développement de solutions innovantes en chimie du végétal », déclare Gilles Ravot, directeur général de Pivert. Dans le cadre de ce partenariat, De Dietrich va fournir « son savoir-faire dans la gestion de projet et des études jusqu’à l’exploitation du système ainsi que la formation des utilisateurs ».

Pivert, un acteur important de la recherche en oléochimie

Les développements technologiques issus de cette collaboration seront exploités au sein du Biogis Center de Pivert. Localisée à Venette dans l’Oise, cette plateforme technologique, dont la première pierre a été posée en janvier 2014, constitue le fruit d’un investissement total de 57 millions d’euros (17 M€ de bâtiments et 40 M€ d’équipements). Dans le détail, le Biogis Center est doté d’un dispositif entièrement automatisé, permettant notamment de procéder à des distillations et des mélanges réactionnels (homogénéisation, suspension, dispersion, cristallisation, etc.) de biomasse oléagineuse. Le partenariat nouvellement signé s’inscrit dans la volonté de Pivert de fournir « de nouvelles molécules et de nouveaux procédés » en oléochimie et pouvant voir le jour sur le plan industriel. En 2014, l’institut avait signé un accord avec l’Iterg pour former le GIE Matinnol dans le but de mutualiser leurs moyens pour accélérer le transfert des résultats de la recherche à l’industrie.

 

Partager cet article avec :