Novozymes entre dans le capital de Beta Renewables

Partager cet article avec :
Novozymes
Novozymes propose des enzymes pour le marché des biocarburants cellulosiques.

Numéro un mondial des enzymes industrielles, le groupe danois Novozymes vient d’annoncer un partenariat avec l’Italien Beta Renewables, un des leaders mondiaux des biocarburants de deuxième génération sur base cellulosique. Les deux partenaires entendent développer ensemble des solutions pour le domaine des biocarburants cellulosiques. Et dans ce cadre, Novozymes va acquérir 10% du capital de Beta Renewables pour un montant de 115 millions de dollars  (80 M€).

Dans la pratique, les deux partenaires offriront leurs services à des clients désireux de produire des agrocarburants à base de résidus agricoles, de plantes énergétiques ou d’autres matières cellulosiques. Ils proposeront une offre combinée, associant les enzymes Cellic de Novozymes, au procédé de production Proesa de Beta Renewables. « Ce type d’offre complète devrait contribuer à diminuer le risque financier et technologique d’un projet de biofuel » estime Guido Ghisolfi, p-dg de Beta Renewables. « Cela rendra les projets de biofuel cellulosiques plus « bankable » et accélérera un développement à large échelle de cette industrie ». Selon ses estimations, Beta Renewables devrait contribuer à la construction de 15 à 25 nouvelles unités sur les trois à cinq prochaines années.  Pour Novozymes, les ventes tirées de la fourniture d’enzymes pour ces nouvelles unités pourraient représenter plus de 175 millions de dollars de revenus supplémentaires.

Beta Renewables est un joint-venture créé en 2011entre Chemtex, la division ingénierie du producteur italien de PET Gruppo Mossi & Ghisolfi, et le fonds d’investissement TPG Biotech. Beta Renewables a d’ores et déjà investi plus de 200 million de dollars dans le développement des son procédé breveté Proesa. La société construit d’ailleurs une première unité industrielle de production d’éthanol cellulosique de 60 000 t/an à Crescentino, en Italie, sur base d’Arundo donax (plante apparentée au bambou) et de paille de blé pour un démarrage attendu à la fin de l’année 2012.

Outre le secteur des biocarburants, Beta Renewables s’intéresse aussi à la chimie du végétal. En juillet dernier, il a signé un accord avec la jeune société américaine Gevo en vu de développer un procédé intégré pour la production d’isobutanol biosourcé issu de biomasse cellulosique.

 

 

 

Partager cet article avec :