Natureplast met du noyau d’olives dans ses bioplastiques

Partager cet article avec :
Natureplast
Eprouvette d’un polymère à base de poudre de noyaux d’olives.

Natureplast, société française spécialisée dans le domaine des bioplastiques, a développé en collaboration avec son centre de R&D européen Biopolynov une nouvelle gamme de bioplastiques issue de ressources non alimentaires. Ces polymères sont en fait des compounds qui intègrent des poudres de noyaux d’olives ou des poudres d’algues dans des matrices en bioplastiques biodégradables et compostables pour répondre à des spécifications bien précises des plasturgistes. L’idée étant de se rapprocher au plus près d’un polypropylène (PP), tant sur le plan mécanique, thermique, que de la processabilité sur des outillages conventionnels. « Le marché des bioplastiques connait un fort développement depuis plus de 10 ans (marché en croissance de 20% par an) » justifie Natureplast. « En revanche, les matières bioplastiques existantes à l’heure actuelle ne permettent pas toujours de remplir l’ensemble des cahiers des charges soumis par le marché de la plasturgie. Pour répondre à ce manque, Biopolynov développe pour les industriels des formulations sur mesure répondant aux contraintes de transformation et d’utilisation du produit à fabriquer en bioplastique (films extrudés, pièces injectées, thermoformées, soufflées…). »

Une étape intermédiaire

Natureplast ajoute que ces nouvelles gammes sont une étape intermédiaire en attendant la deuxième génération de bioplastiques fabriqués totalement à partir d’algues, de cellulose, de déchets alimentaires prévue d’ici 5 à 10 ans.

Partager cet article avec :