Micro-algues : Naissance du programme Trans’Alg

Partager cet article avec :
Pierre Calleja, le président-fondateur de Fermentalg.
Pierre Calleja, le président-fondateur de Fermentalg.

Produire « des matières premières de substitution aux produits pétroliers à bas prix » pour les marchés de la chimie et des carburants, tel est l’objectif du programme Trans’Alg. Ces matières premières seront notamment issues de « la valorisation de substrats comme les vinasses viticoles et de la canne à sucre ou les liqueurs rouges de l’industrie papetière », précise Fermentalg, chef de file du programme. Trans’Alg vise des applications « dans les bioplastiques, plastifiants, polyols, lubrifiants industriels, membranes d’étanchéité, mousses d’isolation thermique, carburants, etc. ». « Ce programme nous permet d’accélérer la mise en œuvre de notre stratégie industrielle et commerciale en nous ouvrant, après les marchés de la nutrition, les très vastes débouchés des marchés de la chimie verte », s’est félicité Pierre Calleja, p-dg de Fermentalg.

Une enveloppe de 31,2 M€

Mené par Fermentalg, il regroupe les sociétés Arkema, Condat, Pierre Guérin, Soprema et l’Union Coopératives Viticoles d’Aquitaine ainsi que des laboratoires du CEA, du CNRS et l’Iterg. Son budget s’élève à 31,2 millions d’euros sur 5 ans. Bpifrance y participera à hauteur de 13,9 M€. Le programme Trans’Alg s’appuiera notamment sur « l’expertise de Fermentalg en ingénierie métabolique pour l’amélioration des microalgues et sur la banque Fermentalg » et sur un démonstrateur pré-industriel d’une capacité de 80 m3 qui sera installé sur le site Fermentalg à Libourne. Les pôles de compétitivité Axelera, Energivie, Trimatec, Xylofutur et le pôle Mer ont labellisé ce programme.

Partager cet article avec :