Mutaxio, un LabCom entre Soprema et l’université de Strasbourg

Partager cet article avec :

La société Soprema, spécialiste de l’étanchéité pour le bâtiment, le CNRS et l’université de Strasbourg annoncent la création de Mutaxio, un laboratoire commun de recherche (LabCom) dédié aux matériaux biosourcés pour un bâtiment durable.

Les scientifiques de Soprema et ceux de l’équipe de Luc Averous, enseignant-chercheur au sein de l’institut de chimie et procédés pour l’énergie, l’environnement et la santé (ICPEES/CNRS/université de Strasbourg) collaboraient déjà de longue date sur le sujet. Ce laboratoire marque une nouvelle étape dans leur partenariat, grâce à la mise en place d’une gouvernance partagée et d’une stratégie de recherche et d’innovation commune et une possibilité pour l’entreprise de valoriser le travail partenarial.

Plus de matériaux biosourcés pour le bâtiment

L’enjeu de Mutaxio sera de développer de nouvelles connaissances et innovations en utilisant différentes biomasses (micro-algues, lignocelluloses, huiles végétales…) pour élaborer des matériaux plus performants pour le bâtiment, en particulier des membranes ou des mousses. Cette démarche est destinée à répondre à des attentes sociétales en termes de constructions plus respectueuses de l’environnement.

150 LabCom en 2018

Le LabCom est un outil de collaboration entre recherche publique et privée en plein essor. En quelques années, le CNRS a plus que doublé le nombre de ses laboratoires communs avec les entreprises : 126 en 2017, contre 55 en 2009. Le CNRS vise désormais 150 structures en 2018. En Alsace Mutaxio est le 2e laboratoire commun. En 2014, le CNRS, Bayer et l’université de Strasbourg avaient déjà créé C2OF sur la chimie des composés organiques fluorés.

Partager cet article avec :