Move2Chem, lauréat du concours mondial d’innovation 2030

Partager cet article avec :
Anne Lauvergeon, en charge du concours mondial d'innovation.
Anne Lauvergeon, en charge du concours mondial d’innovation.

Le projet Move2Chem porté par Veolia Environnement, en partenariat avec la SAS Pivert et la société Sofiprotéol, a été désigné lauréat du concours mondial d’innovation 2030 pour l’ambition « Chimie du Végétal, Protéines Végétales ». En phase d’amorçage, il est récompensé à hauteur de 200 000 euros.

Economie circulaire

Ce projet Move2Chem vise à développer une filière de valorisation des coproduits, des effluents et des déchets issus des industries agroalimentaires pour les injecter dans la chaîne de valeur de la chimie du végétal. Dans ce programme, Veolia table sur ses compétences dans la gestion de déchets à forte variabilité tant par voie biologique que chimique. Les produits visés sont des molécules chimiques destinées à créer de nouveaux matériaux et produits (teintures, solvants, polymères, etc.). « En créant un modèle dans lequel le carbone organique biodégradable est réutilisé pour produire des matières, préservant ainsi les ressources fossiles et réduisant les émissions de CO2, le projet Move2Chem s’inscrit dans la démarche d’économie circulaire prioritaire de Veolia Environnement » a indiqué la société.

Le concours mondial de l’innovation en bref

Le concours mondial de l’innovation a pour but de sélectionner les meilleurs projets s’inscrivant dans l’une des 7 ambitions pour la France définies par Anne Lauvergeon. Le processus a été imaginé en 3 phases. La première, dite phase d’amorçage, prendra fin au mois de mai, et aura permis la sélection d’une centaine de projets. Puis en septembre, la phase 2, dite d’accompagnement, sera ouverte, mais il y aura cette fois un nombre plus réduit d’élus. Les porteurs de projets déjà sélectionnés en phase 1 pourront ou non y participer. Enfin la phase 3 s’ouvrira en 2016. À l’issue de son processus de sélection, 7 projets seront retenus et soutenus financièrement en vue d’une industrialisation. Au total, le gouvernement affectera 300 millions d’euros à ce concours, dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et en s’appuyant sur Bpifrance.

Partager cet article avec :