Montée en échelle aux Pays-Bas pour le procédé C3 de Global Bioenergies

Partager cet article avec :
Pilote dédié aux bioprocédés à Delft.

Connu pour le développement d’un procédé de production par voie biologique d’isobutène (molécule en C4) qui est proche de l’industrialisation, Global Bioenergies développe en parallèle un procédé de production d’isopropanol et d’acétone (molécules en C3). Le 26 juin dernier, la société a annoncé le succès d’un test en démonstrateur correspondant à une nouvelle montée en échelle d’un facteur 20.

Encore une fois, ce procédé est basé sur une innovation de rupture : des bactéries au métabolisme remanié de façon à maximiser l’utilisation des sucres, et réduire ainsi les coûts de production des composés bio-sourcés.

L’isopropanol et l’acétone sont deux composés utilisés par de nombreuses industries (solvants, matériaux, cosmétiques), et peuvent être convertis en propylène, puis en polypropylène, un des principaux composés de l’industrie des plastiques, avec un marché supérieur à 70 milliards de dollars.

Sous-traitance auprès de la plateforme Bioprocess Pilot Facility à Delft

Alors que Global Bioenergies avait travaillé à ce même stade avec l’institut allemand Fraunhofer pour son procédé isobutène, cette fois il s’est adressé à la société Bioprocess Pilot Facility (BPF), située à Delft aux Pays-Bas. En revanche, les essais pilotes préalables ont été conduits fin 2017 par la société ARD, sur la plateforme de Bazancourt-Pomable.

ARD et BPF sont en quelques sortes des sociétés concurrentes, toutes deux membres du consortium Smartpilots, qui regroupe les principales institutions européennes focalisées sur mise à l’échelle de procédés innovants et désormais au nombre de 8. Ce consortium compte également le Bio Base Europe Pilot Plant (Gand, Belgique), le Department of Economy, Science and Innovation from Flanders (STI Flanders, Bruxelles, Belgique), le Centre for Process Innovation (CPI, Wilton, Royaume-Uni), le VTT (Espoo, Finlande), l’Innovhub SSI (Milan, Italie) et le Fraunhofer-Zentrum für Chemisch-Biotechnologische Prozesse (CBP, Leuna, Allemagne).

« Cette échelle de fermentation est la dernière avant l’exploitation à échelle commerciale » a déclaré Marc Delcourt, directeur général de Global Bioenergies. « Il nous reste encore plusieurs validations à faire, et les travaux d’ingénierie n’ont commencé que récemment, mais nous discutons déjà avec de grands industriels internationaux du déploiement commercial de ce procédé. Le procédé C3 constitue maintenant le second pilier de création de valeur de Global Bioenergies, après le procédé Isobutène. »

Partager cet article avec :