Monsanto veut absorber Syngenta

Partager cet article avec :

Le groupe Monsanto a lancé vendredi 9 mai une offre sur le chimiste suisse Syngenta, spécialisé dans les semences et les produits de protection des cultures, confirmant ainsi une rumeur qui courrait depuis la fin avril. Monsanto a proposé 42 milliards de francs suisses (40,5 Mrds €) pour cette transaction, à raison de 449 CHF par action. Cette proposition, qui représente une prime de 35% par rapport au cours de clôture la veille de l’offre, a cependant été rejetée par Syngenta qui s’estime sous-évalué. Syngenta mentionne également des obstacles que pourrait rencontrer une fusion du point de vue du droit de la concurrence dans de nombreux pays.

Une offre rejetée

Le groupe américain a répliqué en indiquant que son offre constituerait une « prime très attractive » pour les actionnaires de Syngenta.  Il dit avoir consacré beaucoup de temps à l’analyse d’une potentielle union entre Syngenta et Monsanto et s’est déclaré confiant quant à l’obtention « de toutes les autorisations réglementaires nécessaires« . Un analyste interrogé par l’AFP a déclaré pour sa part qu’il s’attendait à ce que l’offre soit relevée à 500 CHF par action.

Syngenta emploie quelque 29000 collaborateurs dans le monde et a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 15,1 milliards de dollars pour un bénéfice de 1,6 Mrd $. En France (1300 salariés), Syngenta dispose de 6 sites de production qui fournissent en semences et produits phytosanitaires l’agriculture française mais aussi toute l’Europe. Deux  usines sont dédiées à la protection des plantes et 4 sites aux semences.  De son côté, Monsanto a enregistré lors de son exercice fiscal 2013-2014, achevé fin août, un chiffre d’affaires de 15,9 milliards de dollars pour un bénéfice net de 2,8 milliards $. La multinationale, basée à Saint-Louis, dans le Missouri, emploie environ 21000 personnes.

En attendant de nouvelles avancées sur ce dossier, le cours de Syngenta continue de grimper.

Avec AFP

Partager cet article avec :