Minafin construit une unité de 1,2-pentanediol aux États-Unis

Partager cet article avec :
Frédéric Gauchet, président de Minafin.
Frédéric Gauchet, président de Minafin.

Le groupe français de chimie fine Minafin veut accroître ses capacités de production de 1,2-pentanediol biosourcé. Pour cela, il vient d’annoncer la construction d’une unité de production à l’échelle industrielle sur le site de Pennakem, filiale du groupe installée à Memphis (Tennessee, États-Unis). Ce projet va créer une quinzaine d’emplois sur un site de 140 salariés. L’unité devrait démarrer au 4e trimestre de 2014 et disposera d’une capacité de production de plusieurs centaines de tonnes par an. « Une fois terminée, cette unité sera la seule production mondiale à grande échelle de 1,2-pentanediol provenant de matières premières renouvelables », a précisé le groupe Minafin dans un communiqué. Depuis presque trois ans, la société produisait déjà entre 10 et 20 tonnes par an de ce produit au sein d’une unité pilote. En comptant le développement des technologies, du pilote et la construction de cette unité, le montant investi dans ce projet s’élève à 8 millions d’euros.

Des débouchés en cosmétique

L’unité combinera deux technologies : un procédé de fabrication de la molécule biosourcée développé par Pennakem et un procédé de désodorisation du produit, développé par la filiale Minasolve, au sein de son unité de Leuna (Allemagne). « Le gros inconvénient du pentanediol est son odeur désagréable. L’équipe de Leuna a donc inventé un procédé de désodorisation pour permettre son utilisation dans la cosmétique », a expliqué Frédéric Gauchet, le président de Minafin. Les produits fabriqués dans cette nouvelle unité seront commercialisés par Minasolve sous la marque « Minacare Pentiol Green + ». Le 1,2-pentanediol est un ingrédient clé pour l’industrie de la cosmétique, utilisé comme conservateur. Il est aussi utilisé comme intermédiaire pour des applications dans l’agriculture et d’autres marchés de spécialité.

Partager cet article avec :