Microorganismes modifiés : Amyris et Ginkgo Bioworks entament un partenariat

Partager cet article avec :
John Melo est le CEO d'Amyris.
John Melo est le CEO d’Amyris.

Ginkgo Bioworks, société spécialisée dans le design de microorganismes, et Amyris, spécialiste des biosciences, ont entamé un partenariat visant à développer conjointement des produits « plus efficaces et plus rentables », en vue de réduire les délais de commercialisation.

« Ce partenariat devrait permettre de lancer sur le marché mondial, sur les trois prochaines années, plus de nouveaux ingrédients issus de cultures de microorganismes que l’ensemble de l’industrie sur les 10 dernières années » ont expliqué les partenaires. Au bilan, les deux acteurs pourraient générer ensemble plus de 300 millions dollars de revenus supplémentaires au cours des 5 prochaines années.

Amyris chargé du scale up

Dans le cadre de l’accord, Ginkgo Bioworks offrira à Amyris un accès à sa bibliothèque de souches génétiquement modifiées de classe mondiale. De son côté, Amyris apportera son expertise en développement industriel (scale up) et l’accès à des installations de fermentation multi-produits de taille commerciale au Brésil qui ont déjà fabriqué des ingrédients commerciaux. Les deux entreprises disposeront d’un potentiel de 70 produits pour les marchés des soins personnels (personal care) et de la santé.

« Amyris a commercialisé avec succès cinq produits à partir d’organismes modifiés de haute technologie, apportant une rupture pour les marchés des soins de la peau, des parfums en passant par les lubrifiants industriels, les pneumatiques et le carburant pour avion », a déclaré John Melo, CEO d’Amyris. « La promesse de fournir des solutions durables et performantes pour un monde en croissance, nécessite d’être plus rapides et plus prédictifs dans la façon de délivrer des produits aux clients. Ensemble, les deux sociétés disposeront d’un plus large portefeuille de produits et de clients. Ceci permettra de réduire les délais de commercialisation des produits des deux sociétés. L’accélération des lancements de produits dans les années à venir va apporter la preuve que le temps de la biotechnologie industrielle est arrivé ».

Des modifications génétiques à grande échelle

A noter que Ginkgo construit actuellement Bioworks2, une station automatisée où ses ingénieurs peuvent développer de nouveaux modèles de microorganismes à grande échelle. L’installation de 2300 m2 est utilisée pour construire et tester de nouveaux prototypes de microbes modifiés. Il s’agit de la deuxième station de l’entreprise, après un premier saut technologique apporté par Bioworks1, début 2015.

Partager cet article avec :