Microalgues : Corbion propose 20 M$ pour s’emparer de TerraVia

Partager cet article avec :
Installations déjà existantes de Corbion en Thaïlande (acide lactique, lactides).

Le spécialiste néerlandais des ingrédients biosourcés Corbion a annoncé le dépôt d’une offre de 20 millions de dollars pour reprendre TerraVia (ex Solazyme), expert américain des produits issus de microalgues. La transaction intervient alors que le groupe californien fait l’objet actuellement d’une procédure de banqueroute. En outre, l’opération est soumise à l’arrivée d’autres potentiels repreneurs se manifestant d’ici à la clôture de l’opération d’ici prévue dans 90 jours.

Enrichir son offre de produits et de compétences

En cas d’issue favorable pour le Néerlandais, l’acquisition permettrait « d’étendre le portefeuille de produits de Corbion dans les acides gras et les protéines issus de microalgues, tout en tirant parti des capacités accrues de Corbion dans les procédés de fermentation et en aval ». Dans le détail, il va avoir accès à des ingrédients à haute valeur ajoutée de TerraVia comme les Oméga-3 à destination de la nutrition animale, des acides gras, des huiles et des protéines pour l’agroalimentaire et les applications en biochimie. De plus, Corbion pourrait renforcer ses actifs avec un centre de R&D à San Francisco (Californie, Etats-Unis), ainsi que deux usines de production : l’une à Peoria dans l’Illinois, l’autre au Brésil dans le cadre d’une coentreprise avec la multinationale américaine Bunge.

Corbion, un acteur du PLA

Jusqu’alors, le groupe néerlandais s’était davantage illustré dans les dérivés de l’acide lactique. En particulier l’acide polylactique (PLA) comme l’illustre ses développements ces dernières années. Corbion a notamment initié en 2016 la construction d’une usine de production en Thaïlande, en association avec Total. En 2015, il avait également renforcé ses actifs par croissance externe, en acquérant l’Indien Malladi Specialties, expert dans l’acide lactique et ses dérivés.

Partager cet article avec :