Méthionine : la technologie de Metabolic Explorer ne sera pas industrialisée par Roquette

Partager cet article avec :

Le groupe Roquette renonce à passer au stade industriel avec le procédé de production de L-méthionine biosourcée, développé par la société Metabolic Explorer. Les deux entreprises étaient liées par un accord de licence exclusive depuis 2005. Et alors que Metabolic Explorer a finalisé l’optimisation de la technologie, Roquette laisse à un tiers la possibilité de l’industrialiser. Dans un communiqué, le groupe de Lestrem dit avoir pris cette décision au vu de « l’évolution de l’environnement économique, le montant des investissements et la nécessité de disposer d’un réseau de distribution adapté au marché spécifique des acides aminés ».

Une industrialisation avec un opérateur industriel majeur en discussion

Metabolic Explorer récupère donc l’ensemble des droits de propriété intellectuelle liés à la technologie, ainsi que les dossiers d’affaires réglementaires car des demandes d’homologation sont en cours auprès d’autorités sanitaires, en particulier de la FDA. Désormais, Metabolic Explorer serait en discussion avec « un opérateur industriel majeur » pour l’industrialisation de la technologie. Au départ, cette société aurait été approchée par Roquette qui souhaitait partager les risques sur ce projet. Selon le porte-parole de Metabolic Explorer, Roquette reste « concerné par l’industrialisation de ce procédé » et il procurera à Metabolic Explorer « l’assistance nécessaire ».

Metabolic Explorer et Roquette ont eu par le passé un autre partenariat dans l’acide glycolique, mais ce projet avait été mis en sommeil en 2012. Aujourd’hui, la collaboration des deux sociétés repose sur « un nouvel accord pour valoriser conjointement la technologie L-méthionine avec l’assistance de Roquette dont les conditions financières restent confidentielles » précise le communiqué.

Un marché mondial de 2,85 milliards de dollars

La L-méthionine est un acide aminé essentiel à l’alimentation des volailles et des porcelets obtenu jusque là par voie fossile. Arkema est toutefois sur les rangs pour la production de méthionine biosourcée en Malaisie. Le groupe français est sur le point de démarrer une plateforme de thiochimie qui approvisionnera en méthyl mercaptan un partenaire sud coréen, Cheil Jedang (CJ), qui a mis au point un procédé industriel de fermentation pour la production de cet acide aminé à partir de matières premières renouvelables. La capacité de production annoncée est de 80 000 t/an. Le marché mondial représente quant à lui un volume de 850000 tonnes, soit 2,85 milliards de dollars en valeur.

Partager cet article avec :