Methane to lactic acid : NatureWorks investit 1 M$ dans un laboratoire de R&D

Partager cet article avec :

La société NatureWorks vient d’installer un nouveau laboratoire de recherche de 750 m2 au niveau de son siège mondial de Minnetonka, dans le Minnesota. Moyennant un investissement de 1 million de dollars la société va pouvoir travailler sur son procédé de fermentation permettant de transformer du méthane en l’acide lactique. Cet acide étant l’une des briques de base de son biopolymère Ingeo. Pour l’occasion, NatureWorks a annoncé le recrutement de six scientifiques.

Une coopération avec Calysta
C’est en 2013 que la société américaine a démarré des travaux sur la valorisation du méthane en collaboration avec la société californienne Calysta. Ces travaux ont porté sur le développement d’un biocatalyseur de fermentation. En 2014, grâce à une preuve de concept, le projet a obtenu une subvention de 2,5 M$ de la part du Département de l’Énergie (DOE) des États-Unis. En 2016, l’ouverture du nouveau laboratoire au siège de NatureWorks marque la volonté d’amener le procédé de la preuve de concept à la commercialisation.

Un pilote en 2018
Pour ce qui est des prochaines étapes, NatureWorks annonce une unité pilote en 2018 avec l’embauche de 15 personnes, puis un démonstrateur à l’horizon 2022, moyennant un investissement de 50 M$. Puis toujours dans cette prochaine décennie, ce sont des unités de production industrielle d’acide lactique à partir de méthane qui devraient voir le jour.
« Proposer une technologie commercialement viable de conversion du méthane en acide lactique, ce serait une révolution », a estimé Bill Suehr, COO de NatureWorks. « Cela permettrait à NatureWorks de se diversifier et de diminuer sa dépendance actuelle aux matières premières agricoles. Par ailleurs, utiliser du méthane comme matière première pourrait permettre d’abaisser le coût de production Ingeo » a-t-il ajouté.

Rappelons qu’Ingeo est un biopolymère compostable utilisé dans de nombreuses applications telles que de la vaisselle jetable, des articles de soin personnel tels que des lingettes et des couches, des emballages alimentaires, ainsi que des produits durables comme les protections d’ordinateurs, des jouets, des filaments pour les imprimantes 3D…

Partager cet article avec :